BFFF Weekly 49: Almost isn’t good enough, right?

9 Nov

FRA/ENGLISH

Cher Will

La vie peut blesser. Nous savons cela. Et, nous passons tous notre temps à essayer d’échapper à ce constat douloureux. Nous évader de la réalité, c’est, probablement, la raison pour laquelle nous utilisons Internet. Eventuellement, la raison d’être d’un blog. Sans doute, le sens de ce que j’écris. Depuis plus d’un an et demi, je pratique, ici, la pensée positive. Sur ILTVSW, tout le monde aime tout le monde. Pratiquement. Qu’importe que l’on appartienne à un siècle différent, que l’on soit un affreux, un psychopathe même un gars sexy ou, pire, un vrai gentil. Tout le monde adopte ici la peace & love attitude.

Et puis, un jour, aujourd’hui, sans prévenir, BOUM, la réalité débarque sur ILTVSW. Et, avec elle, la peine. Et la peine est principalement causée par les ruptures. Et les ruptures arrivent aussi entre les amis. Elles sont également très douloureuses. Will McAvoy de la série The Newsroom je dois vous l’avouer, je souffre. Vous ne serez jamais l’un de mes BFFF/Personnages préférés pour toute la vie à qui j’écris chaque semaine. C’est triste. Du coup, je suis ennuyée, vous écrire ce billet alors que vous revenez pour la dernière fois, ce n’est pas très sympa …

Mais, Will, je ne peux pas m’en empêcher. Depuis trois ans, j’essaye désespérément de vous aimer car vous appartenez à la famille d’Aaron Sorkin. Vos cousins s’appellent Sam, Toby, Donna, Jordan, Danny, Matt ou Leo. Ma dream team. Chaque fois que je passe du temps avec eux, c’est magique. Ce sont des êtres brillants que je n’aurai malheureusement jamais le plaisir d’interviewer. Cela sera un regret éternel et, pour cette raison, j’admirerai toujours leur créateur.

Will, vous aussi êtes un gars brillant et parce que vous êtes journaliste, je devrais vous apprécier davantage encore. Ce que vous dites de mon métier, de ma vie professionnelle, du monde de l’information dans lequel, nous, les reporters, vivons est parfaitement exact et extrêmement important. Pourtant, Will vous n’êtes pour moi qu’un grand acteur qui maîtrise de grands dialogues. Pas un personnage tellement puissant qu’il arrive à se métamorphoser en une personne capable de me manquer et à qui je demanderais des conseils, de temps en temps.

J’aimerais tellement avoir tort. Mais, j’ai regardé les trois premiers épisodes de la saison 3 et j’ai le cafard. Toujours pas de magie. Une évidence surgit tout à coup. Entre les déplacements incessants et les interminables conversations, on ne vous a pas laissé la place d’exister. Pas parce qu’Aaron Sorkin n’est pas l’une des meilleures choses qui soit arrivée à la télévision mais peut-être parce qu’il ne s’intéresse pas vraiment au journalisme. Pas réellement. Pas passionnément comme il a pu être captivé par les agissements des femmes et des hommes de Jed Bartlet ou par l’équipe de Studio 60. Monsieur McAvoy, je suis sincèrement désolée mais, pour moi, vous resterez pour toujours un personnage. Un bon personnage, certes. Mais, cela ne peut pas être assez, n’est-ce pas?

La semaine prochaine dans ILTVSW … Oups, pas encore tranché, désolée.

 

Jeff Daniels (Will McAvoy)

 

Titre/Title: The Newsroom (2012-2014)
Créateur/creator: Aaron Sorkin
Cast: Jeff Daniels (Will McAvoy)
Maths: 3 saisons/seasons
Chaine/Network: HBO – OCS en France

 

Dear Will 

Life can hurt. We know that. But we all spend our time trying to escape this painful fact. That’s the reason why some of us are using the Internet to escape from reality. This might be the real purpose of blogging. This could be mine. Because for more than a year and a half I have been practicing positive thinking. Basically on ILTVSW everybody likes everybody. No matter in which century they live, no matter if they are bad guys, neurotics even hot guys or, worse, actual nice people, it’s all about playing the peace & love game.

And one day, today, without notice, BOOM, reality becomes real on ILTVSW. And with reality comes pain. And pain is mostly caused by break ups. And break ups also happen between friends. They hurt just as much. Will McAvoy from the show The Newsroom I am in pain. You will never be one of my BFFF/Best Fiction Friends Forever. It’s sad. Because me writing this letter to you is not nice.

But Will I can’t help it. For three years, I have tried so sincerely to like you. I couldn’t help myself because you belong to the Aaron Sorkin family. Your cousins’s names are Sam, Toby, Donna, Jordan, Danny, Matt or Leo. And those guys are my dream team. Each time I catch up with them the magic happens. Again & again. They are brilliant and unfairly I will never have the chance to interview them. This will be an eternal regret and I will forever be a fan of their creator for that.

You, Will, are equally bright and because you are a journalist I should care even more. What you say about my job, my professional life, the news world where we, reporters, live in is so true & important. But still Will you are nothing more to me than a great actor telling great lines. Not a so powerful character that it transforms itself in a person I am going to miss and ask for a piece of advice from time to time.

I so wish you were for real. But I watched the first three episodes of season 3 and I feel blue. The magic is still not happening. And suddenly it strikes me that with all the walking and talking you weren’t let the time to simply be. Not because Aaron Sorkin is not one of the best thing that happened to TV but because maybe he isn’t really into journalism. Not deeply interested. Not as passionately interested as he was in Jed Bartlet’s men & women. Or the studio 60 team. Mister McAvoy I am really sorry but, for me, you will forever remain a character. A good one, though. But that can’t be enough, can it? 

Next week on ILTVSW … Oops, not decided yet, sorry.

Une Réponse to “BFFF Weekly 49: Almost isn’t good enough, right?”

Trackbacks/Pingbacks

  1. ILTVSW best Best Fiction Friend Forever fall/winter 2014 | I love TV so what? - 14/12/2014

    […] BFFF Weekly 51: This is a dream job request Alicia … BFFF Weekly 50: Too good yet true Will … BFFF Weekly 49: Almost isn’t good enough, right? Libby … BFFF Weekly 48: Second chances should come by three John … BFFF Weekly 47: The […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :