BFFF Weekly 64 : It had to be you

24 Jan

FRA/ENGLISH

Cher Matt,

De temps en temps, on a besoin d’un ami. De temps en temps, on a besoin d’être un ami. De temps en temps, on a besoin des deux. Le troisième cas de figure se produit fréquemment entre janvier et avril. En particulier, pour les gens qui vivent sous la loi du méridien de Paris. Des mois merdiques – je sais, j’y vais un peu fort pour une reprise, l’enthousiasme du début de l’année – durant lesquels ils n’expérimentent pas grand chose d’autre que du froid, de la pluie sans scones, ni thé, ni Benedict Cumberbatch.

Ne soyez pas offensé si je ne vous ai pas mentionné dans la liste, Matt de la série Episodes. Vous avez au moins un truc que lui n’aura jamais, vous êtes l’un de mes BFFFs (personnages préférés pour toute la vie à qui j’écris souvent).

Je sens venir la question que vous n’allez pas me poser. A quoi dois-je cet honneur ? Il est assez évident Matt LeBlanc, LE Matt LeBlanc, celui de LA série qui a fait plus pour nous faire comprendre la signification de l’amitié que la plupart de nos propres amis, que vous êtes ce que l’on appelle un candidat naturel au statut de BFFF. Sans même mentionner le fait que vous êtes aussi une étoile de la TV qui ne s’éteindra jamais.

Enfin, c’est ce que l’on pouvait penser avant. Avant de regarder Episodes. Une série dans laquelle Matt LeBlanc (Oui, LE) joue son propre rôle à l’ère de la Cumberbatchmania. En d’autres termes, dans un monde où des gens tweetent sérieusement : « T’y crois que Joey a fini par devenir ce vieux gars aux cheveux gris ? » Et ça, c’était avant que la start-up de San Francisco annonce la possibilité de tweeter jusqu’à 10 000 caractères.

Je sais, Matt, vous n’avez aucune envie de lire un essai appelé Friends & la gérontologie. Moi non plus, d’ailleurs. Quoiqu’il en soit, une vérité universelle même sous le méridien de Paris est toujours exacte. Avoir 50 ans, ça craint. Et il est à parier que le pire est à venir. Même pour disons Doug Ross/George Clooney.

C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de vous. Et vous de nous. Quand We are down and feeeeeeeeeling blue à cause de ce P (biiiip) de temps froid et humide sans scones, sans thé et sans BC, on peut choisir de passer du temps avec vous. Sous le soleil de Los Angeles. Dans un studio de Hollywood. Ou dans votre maison de plage de Malibu. Pour être les témoins de vos hilarantes et désespérées tentatives de survie dans le monde cruel du show business.

Vous vous battez pour un boulot en étant parfaitement conscient que le meilleur est derrière vous. Vous êtes à la fois arrogant et fragile. Egocentrique, séducteur et nul. Terriblement humain. Du coup, notre relation est ce que les gens appellent une situation win win. Et propose, sans doute, une nouvelle définition de l’amitié.

La semaine prochaine sur ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

 

Matt LeBlanc (Matt LeBlanc)

 

Titre/Title : Episodes (2011 – )
Créateurs/creators : David Crane et Jeffrey Klarik
Cast: Matt LeBlanc (Matt LeBlanc)
Maths : 4 saisons/seasons
Chaîne/Network: Showtime, OCS en France

 

Dear Matt,

Sometimes you need a friend. Sometimes you need to be a friend. And sometimes you need both. The third category often happens between January and April. That is for people living under the rule of the Paris meridian. Because what they experience during those shitty months is made of nothing but wet & cold without scones & tea & Benedict Cumberbatch stuff. Don’t be offensed if I didn’t mention your name in this list Matt from the show Episodes. You have at least something more than him, you are one of my BFFF aka Best fiction friends forever.

There is a question I am sure you are not going to ask. To what do I owe this honor ? Obviously Matt LeBlanc, The Matt LeBlanc, from THE show that has made more for us to understand the true meaning of friendship than most of our own friends is a natural candidate to BFFFship. Plus he is a never dying TV star.

That’s what we thought. Before watching Episodes. A show in which Matt LeBlanc (yes, THE) is playing is own role in the era of the Cumberbatchmania. In other words in a world where people are tweeting : « Can you believe that Joey finally turned out to be that grey-haired old man ? » And that was before the San Francisco start-up announced that soon they will be able to tweet up to 10 000 characters. I know Matt, you do no want to read a Friends & gerontology essay. Me neither. Anyway even under the Paris meridian an universal truth is true. Being fifty sucks. The odds are things will only get worse. Even, say for Doug Ross/George Clooney.

That’s why we need you. And you need us. When we are down and feeeeeeeeeling blue because of the F (biiiip) wet & cold weather with no scones & tea & BC stuff, we can still hang out with you. Under the sun of LA. In a Hollywood studio. Or in your Malibu beach house. And be the witnesses of your hilarious and desperate attempts to survive in the ruthless world of show business.

Because you are fighting for a job perfectly aware that the best one you ever had is behind you. You are both arrogant and fragile. Self-obsessed, a seduction addict, a jerk. Aka terribly human. This is what people call a win win situation. And probably a new definition of friendship…

Next week in ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

Une Réponse to “BFFF Weekly 64 : It had to be you”

Trackbacks/Pingbacks

  1. ILTVSW summer break 2016 ! | I love TV so what? - 03/07/2016

    […] Matt… BFFF Weekly 64 : It had to be you […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :