ILTVSW pilot crush : Master of None

8 Nov

FRA/ENGLISH

D’habitude quand quelqu’un m’affirme qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer, je me dis : « Eh ben, voilà. C’est reparti pour le réflexe parental. Le parce que opposé au pourquoi. Rien à expliquer. Mange tes brocolis et tout ira bien ». D’habitude, même si je désapprouve furieusement intérieurement, je réponds par une grimace polie avant de reprendre le chemin difficile de la vie. Même si je considère que le parce que opposé au pourquoi est, au minimum, paresseux. Parce qu’il y a une réponse pour de vrai quelque part dans notre univers. Et qu’il serait peut-être temps de commencer à la chercher. Mais pas aujourd’hui.

Aujourd’hui, je suis extrêmement enthousiaste. Ce qui a très peu à voir avec le fait que nous vivons une expérience juin en novembre ces jours-ci à Paris. Et tout le reste à voir avec la nouvelle série de Aziz Ansari : Master of None. L’ex de Parks and Recreation ne se contente pas de nous recommander de rire à propos de notre ultra moderne solitude. Et de notre inclinaison à considérer qu’être un éternel ado est la clé pour survivre au mystère de l’expérience humaine. Il nous permet d’en rire.

Finalement, un auteur de comédie est d’abord et avant tout un sociologue talentueux tellement effrayé par ce qu’il aurait pu découvrir sur ses amis, ses voisins et/ou le président qu’il a sagement décidé d’écrire pour des gens qui ne le prendront jamais au sérieux. C’est une excellente nouvelle car dans le cas de Master of None, cela nous permet d’affronter ce que nous redoutons le plus.

Avoir des enfants ne nous aidera que peu à accepter que nous allons tous mourir un jour. Mais, avant cela, nous allons devoir nous oublier (beaucoup) pour recevoir (un peu) des petites têtes avec lesquelles il n’est pas improbable que nous ayons un jour des difficultés de communication quand elles seront adultes. Togetherness Again aurait pu être le titre de Master of None. L’approche est différente de celle de la très belle série de HBO mais l’ADN est identique. Comment arriver à se connecter à l’autre ? Sans Lexomil. Quelqu’un arrivera-t-il un jour à répondre à cette sacrée question ?

La semaine prochaine sur ILTVSW… Oups, pas encore décidé, désolée.

 

Aziz Ansari

 

Titre/Title : Master of None
Créateurs/creators : Aziz Ansari & Alan Yang
Cast : Aziz Ansari, Noël Wells, Eric Wareheim
Chaîne/Network : Netflix

Usually when someone tells me that it is better to laugh about something than to cry, I think to myself :  » So this is it. You are giving me the parents attitude. The because answer to the why. Nothing to explain. Just eat your broccolis and everything will be all right. » Usually, even if I loudly disagree inside, I make a face and start walking again on the hard path of life. Even though I consider the « because to the why answer » totally lazy. Because there is a reason somewhere in our universe. And it is about time to start looking for it. But not today. 

Today I am highly enthusiastic. It has little to do with the fact that we are having a June in November experience these days in Paris. And a lot to do with Aziz Ansari new show :  Master of None. The Parks and recreation alumni is not only telling us that we should laugh about our ultra modern solitude and our tendency to consider that being a teenager forever is the clue to live with the mystery of the human experience. He is making us laugh about it. 

Every comedy writer is first and foremost a talented sociologist who was so afraid of what he could discover about his friends, neighbors and/or president that he has wisely decided to write for people who will never take him seriously. And it is a good thing because with Master of None we face what we fear the most. 

Having kids will poorly help us to forget that we are all going to die one day. But until then, we will have to forget about ourselves (a lot) to receive (not that much) from little guys whom we might end up not getting along well with when they will turn 30. Yes Togetherness Again could have been the title of Master of None. The approach is different from the beautiful HBO show but the DNA is the same. What does it take for us to live together. Without Lexomil. Is finally someone going to answer the damn question ? 

Next week in ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

2 Réponses to “ILTVSW pilot crush : Master of None”

  1. L 09/11/2015 à 08:40 #

    Oh oui hate de decouvrir la serie en entiere mais ca commence bien !!!

Trackbacks/Pingbacks

  1. ILTVSW Christmas break 2015 ! | I love TV so what? - 20/12/2015

    […] C’est la pause de Noël pour I love TV so what ? Le blog sera de retour le dimanche 24 janvier. En attendant, je suis très curieuse de savoir si, comme moi, vous avez craqué pour 1992, The Grinder & Master of None. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :