In the mood for mood 2 #Vinyl

14 Fév

FRA/ENGLISH

Let’s play the music and dance. Quoi que tu sois Vinyl, et après avoir regardé ton pilot de près de deux heures je ne suis pas vraiment fixée, tu m’as fait un truc. Des trucs, plutôt. Façon roller coaster. C’est la raison pour laquelle je ne te consacre pas un I Love TV so what pilot crush mais mon In the mood for mood #2.

1. L’excitation « avant »

L’association Scorsese-Jagger-Winter-HBO a fait du métier de critique une profession socialement acceptable. Pouvant donner lieu à des conversations comme ça :

— On te paye toujours pour regarder la télé ?
— Ouais, je crois qu’on peut le dire comme ça…
— Je ne te suis pas, là ?
— Mick Jagger, ça te dit quelque chose ?
— C’est un jeu ou quoi ?
— Scorsese ?
— Ecoute, moi j’ai un vrai boulot alors foutre en l’air mon temps libre, c’est un luxe que je n’ai pas. Et de l’argent que je n’ai pas non plus…
— Tout doux, tout doux. Disons que cette semaine, j’ai gagné ma vie en regardant le résultat de la rencontre de leurs deux cerveaux.

Là, le gars s’étrangle avec son Coca light. Et moi, je pense à Einstein & à la relativité parce que l’attente, ça fait mal.

2. Le feu d’artifice « pendant »

Les feux d’artifice rendent les gens heureux. Ce sont simplement des lumières qui explosent dans le ciel. Mais elles rendent les gens heureux. Mélange d’espoirs, de momentum & de nostalgie. L’adulte que nous sommes y  retrouve le gamin que nous avons été. Et l’idée que tout était mieux avant fait du bien et s’impose. Vinyl tu es comme un feu d’artifice. Martin Scorsese filme une époque dont il est encore fou amoureux et cite des films qu’il a vécu pour réaliser. Et que nous avons vécu pour regarder. Cela réveille en nous un sentiment de liberté depuis longtemps disparu dans une société où la rebellion consiste à ne pas mettre des photos de son plat sur son compte Instagram (Pas de jugement ici, d’ailleurs, je plaide coupable).

3. La réflexion « après »

Et puis, après le danse floor, vient le temps de la réflexion. Elle débute évidemment par la puissante performance de Bobby Cannavale dans le costard de Richie Finestra en roi de la musique à New York dans les seventies. Son ascension et son déclin sont supposés faire battre notre coeur dans le premier épisode. Et cela fonctionne brillamment la plupart du temps. Si on avait l’esprit mathématique, on dirait à 98, 7 %. Grâce à la conjugaison d’une BO mortelle et d’un humour ravageur. Mais le tout occupe 100 % de l’écran et ne laisse pas beaucoup de places aux personnages. L’ADN d’une série. Pour un gars normal, cela ne serait pas un problème. Mais Richie Finestra est en compet’ avec Draper, White ou McNulty. Et des gars comme eux sont tout sauf  normaux. J’espère que les prochains épisodes lui ouvriront les portes du club. Si cela n’est pas le cas, je continuerai à danser en regardant. Forcément séduite par tant de savoir-faire. Mais je ne pourrais pas m’empêcher de regretter la folie qui aurait pu/dû envahir l’écran…

La semaine sur ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

 

Bobby Cannavale (Richie Finestra)

 

Let’s play the music and dance. Whatever you are Vinyl, and after watching your two hours long pilot I can’t decide what this is, you did something to me. You did some things to me would be more accurate, actually. Roller coaster style. That’s why this is not an I love TV so what pilot crush but my In the mood for mood #2.

1. The « before » excitation

Really the Scorsese-Jagger-Winter-HBO teaming is the kind of stuff that makes being a TV critic socially totally OK. It goes like that :

— Still watching TV to make your living ?
— Well I guess one could say that..
— What do you mean ?
— You know Mick Jagger, right ?
— Is it a game or something ?
— Scorsese ?
— Look I have a real job and messing with my fun time is a luxury I can’t afford. Fun time is money.
— Well this week I am making my living watching the result of their two brains matching…

The guy chokes with his diet Coke. And I think of Einstein & relativity because, Man, the waiting hurts

2. The « during » fireworks feeling

Fireworks make people happy. They are just lights exploding in the sky. But they make people happy. A mix of high expectations & momentum & nostalgia. The adult we are catches up with the kid we were. And the idea that everything was better before feels good and wins. Vinyl you are fireworks like. Martin Scorsese is filming an era he is still in love with and quoting movies he has lived to make. And that we have lived too watch. Watching you awakens a freedom feeling long gone in a society were craziness is not sharing food pic on Instagram (No judging, I plead guilty).

3. The « after » questioning

And than, after the dance floor, the thinking starts. Obviously with Bobby Cannavale’s amazing performance as Richie Finestra maybe soon not anymore New York music king. His rise & his fall are what is supposed to make our hearts beat in the first episode. And most of the time it does brilliantly. That would be 98, 7 % if we had to think mathematically. A lot thanks not only to the music but to the humor. But it takes 100 % of the screen and leaves not much space to characters. A TV show DNA. That would not be a problem say for a regular guy. But Richie Finestra is competing with guys like Draper, White or McNulty. And guys like that are everything but regular. I hope that the next episodes will give him full access to that club. If they don’t I will still be watching & dancing. Because of the craft handling. But I will long for the unseen craziness that could/should have been…

Next week on ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :