Tag Archives: Arte

BFFF Weekly 18: It’s always sunny in Copenhagen

22 Sep

Chère Birgitte

FRA/ENG

Nostalgie. Nom féminin du grec Nostalgia. Sentiment typique du dimanche en fin d’après-midi. Pour une raison étrange apparaît fréquemment chaque semaine vers 17 heures. À bien y réfléchir, il peut y avoir un début d’explication. C’est vrai, que peut-il donc arriver d’agréable lors des premières minutes du lundi matin? Mon plus gros soucis étant généralement la dispute qui débute avec mon réveil/grille-pain/mistermétéo parce que M…e! Tout est trop… tôt/brûlé/pluvieux.

A cause de cet enchaînement fatal, je vais rater mon bus, oublier de m’acheter un sandwich pour le déjeuner et augmenter les chances de me blesser en courant au bureau. Autant dire une mauvaise manière de débuter une bonne journée très répandue chez la femme qui travaille en milieu urbain. Qui mieux que vous Birgitte Nyborg de la série Borgen pourrait me comprendre? J’en ai conscience et c’est pour cela que vous êtes l’un de mes BFFF/Personnages préférés pour toute la vie à qui j’écris chaque semaine.

Je suis convaincue que l’honnêteté est une qualité et Birgitte je dois vous l’avouer cette amitié n’allait pas de soi pour moi. Je crois aussi en la loyauté et c’est pour cela que je vous ai d’abord un peu boudée. En tant que grande fan du président Josiah Bartlet de la série The West Wing je vous ai presque considérée comme un plagiaire. C’est vrai quoi, Birgitte! Un chef d’état humaniste et humain. Déjà fait. Déjà vu. Mais l’une de mes plus chères amies dans la vraie vie m’a dit: « Tu as tort, tu sais. Si tu étais juste, tu lui donnerais une chance à Birgitte. » J’ai grimacé. J’ai gémi. Puis, finalement, j’ai suivi le conseil de mon amie (j’aimerais ici pouvoir écrire son nom car c’est une sacrée bonne critique mais, contrairement à certains journalistes, elle apprécie la discrétion et serait contrariée par une telle publicité, appelons-la simplement SB).

Quoi qu’il en soit, je me sens à la fois heureuse et triste. Heureuse grâce aux formidables moments que vous m’avez permis de passer dans les rues de Copenhague. J’ai découvert la société danoise. J’ai réfléchi à la question des femmes en politique. J’ai compris des choses importantes en tant que citoyen européen. J’ai pris le temps de penser à la manière de mener de front une carrière professionnelle et une vie personnelle. Et je dois dire que j’ai vraiment aimé faire tout cela en votre compagnie Birgitte.

D’où mon blues du dimanche soir. J’ai le regard triste d’un enfant devant un arbre de Noël le lendemain du lendemain du jour où il a ouvert ses paquets. Pour être tout à fait précise, nous les séries addict avons souvent un regard encore plus désespéré. Nous, nous ne pourrons pas fêter Noël l’an prochain. Quand une série est terminée, c’est vraiment fini…

Une toute petite dernière chose, cela a vraiment été une erreur de prendre espagnol deuxième langue au lycée. J’aurais mieux fait de prendre danois. Cela m’aurait permis de vous exprimer ma gratitude convenablement. Tak (*) Birgitte.

La semaine prochaine dans ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

(*) Tak: Merci.

 

 

Titre/Title: Borgen (2010/2013)
Créateur/Creator: Adam Price
Cast: Birgitte Nyborg (Sidse Babett Knudsen)
Maths: 3 saisons/seasons
Chaîne/Network:  DR1, Danemark – Arte en/in France

Dear Birgitte

Nostalgia. A typical sunday afternoon word. For some reason regrets often appear around 5 PM every week. The fact that most people do not expect great things to happen in the first minutes of the day after has probably something to do with it. My biggest monday morning concern is the usual fight I get into with my alarm/toaster/weather reporter because Sh.t it’s too… early/burned/rainy. And because of all of that I am going to miss my bus, forget to buy a good sandwich and increase the chances to hurt myself running to work. A bad way to start a good day but one of the everyday life issues for a woman working in an urban environment. And who better than you Birgitte Nyborg from the TV show Borgen can be aware of that? I feel understood by you and that’s one of the reasons you are one of my BFFF/Best fiction friends forever.

I believe in honesty so I have to tell you that it was not friendship at first sight. I believe in loyalty too and that is the reason why I could not count you in. As a huge fan of president Josiah Bartlet from The West Wing I first thought of you almost as a plagiarist. Come on Birgitte! A humanist and human head of state, been there, done that. But one of my dearest real friends in real life told me very seriously : « You are wrong, you know. If you were fair you would give Birgitte a shot ». I made a face. I moaned. And finally I followed the advise of my friend (I wish I could tell you her name because she is a damn good TV critic but unlike some journalists she is a discreet person and wouldn’t appreciate such a publicity, let’s just call her SB).

And now I feel happy and sad. Happy because of the great moments I got to live thanks to you Birgitte Nyborg in the streets of Copenhagen. I discovered the Danish society, I found out a lot about women in politics, it made me realize important things as a European citizen, I stopped and thought about how to deal with every aspects of a woman’s life personal and professional. And I loved every minute of it.

That’s why I feel sad and a little nostalgic this Sunday evening. I do have the sad look of a child in front of a Christmas tree the morning after the morning he opened his gifts. As a matter of fact we series addict often have worst looks because unlike the child there will be no next year Christmas when a show is over.

One last thing, it really was a big mistake to take Spanish as a third language in high school. I should have taken Danish. That would have allowed me to express my gratitude. Anyway. Tak (*) Birgitte.

Next week in ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

(*) Tak: Thank you.

ILTVSW craque aussi pour/also loves… Hatufim

5 Mai

FRA/ENG

Merci Arte. Qui aurait dit que la chaîne européenne allait finir par devenir l’antenne la plus pop du paysage audiovisuel français? Grâce à une sélection de séries de plus en plus pointue, elle s’est imposée comme the chaîne to watch pour les séries addicts. Dernière pépite diffusée par Arte: Hatufim ou Prisonniers de guerre en VF qui débute jeudi à 20h50. Une série audacieuse, âpre et complexe qui aborde un sujet méconnu: le retour à la vie et à la vie civile de soldats israéliens otages libérés. Créée par Gideon Raff, elle a inspiré la série américaine Homeland, dont le scénariste est également co-auteur. Mais quand l’Américaine carburait à la paranoïa post-11 septembre, l’Israélienne pose subtilement la question de la possibilité du retour parmi les leurs de soldats traumatisés par dix-sept ans de captivité. Hatufim, plus intimiste aussi au plus près de Uri, Nimrod, Amiel et de leurs familles.

Série made in Israël. Assez surprenante et perturbante.

Potentiel BFFF (Personnage préféré pour toute la vie): non négligeable. À regarder : pour découvrir, pour trembler, pour réfléchir.

La semaine semaine prochaine dans ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

 

f1c031f1ac0dfb1eba57bb9300f71cf9

 

 

Titre/title: Hatufim (2009-2012)
Createur/Creator: Gideon Raff
Maths: 2 saisons/seasons
Chaîne/Network: Keshet Broadcasting/Arte

Well, thank you Arte. Who would have thought that the European cultural broadcaster would become the most trendy place on French TV? Its subtle selection of foreign TV shows allows Arte to claim the title of the place to be for any respectable TV Shows addict. If you still hardly believe it, please watch Hatufim starting this thursday at 8.50 pm. A daring, tough and complex show telling the story of Israeli soldiers coming home after seventeen years of captivity. A highly sensitive subject… Created by Gideon Raff, Hatufim inspired the American TV show Homeland that Raff also coproduces. Unlike Homeland, a thriller focused on the aftermath of 9/11, Hatufim raises the issue of coming back in the Israeli society after such a trauma. It centers around Uri, Nimrod, Amiel and their families, around every day life struggle for survival of kidnapped soldiers.

Made in Israël TV show. Surprising and perturbing.

BFFF (Best fiction friend forever) potential : real. To watch to discover, to freak out, to think.

Next week in ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

ILTVSW craque aussi pour/also loves… Real Humans

31 Mar

FRA/ENG

Hans est attiré par Mimi. Mais, Mimi aime Leo. C’est un énorme problème mais ce n’est pas son plus gros problème. Non, Arte, la chaîne de la culture, n’a pas choisi de se réinventer en diffusant des séries sentimentales aussi complexes qu’une équation à une inconnue. Car le gros problème de Mimi est qu’elle est un « hubot » « hu » pour humain, « bot » pour robot. Et que, comme ses nombreux amis, elle étouffe dans sa peau en plastique d’humanoïde et rêve d’avoir une vie, une vraie. Comme celle de la famille Engman, les êtres humains qui l’ont achetée pour se débarrasser de leurs tâches domestiques.

Quand Mimi et ses amis s’énervent, c’est forcément désagréable pour nous les humains… Même lorsqu’ils ne s’énervent pas d’ailleurs car ces hubots nous renvoient à nos faiblesses, nos lâchetés et nos renoncements. Et, c’est assez terrifiant. Série venue de Suède. Perturbante et intéressante.

Potentiel BFFF (Personnage préféré pour toute la vie): réel. Regarder : pour trembler, pour réfléchir, pour sourire.

La semaine prochaine dans ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

Titre/Title: Real Humans (depuis/since 2011)
Créateur/Creator: Lars Lundström
Maths: 1 saison/season 10 épisodes
Chaîne/Network: STV1
En France: à partir du jeudi 4 avril à 20h50 sur Arte

Hans has a crush on Mimi. But Mimi loves Leo. That’s a big problem but not her biggest concern. No, « Arte », the french german cultural television network, did not change its editorial policy and suddenly decided to forget opera and broadcast soap opera. Because the only big problem Mimi has to face is her « hubot » status. « Hu » for human, « bot » for robot. Like lots of her friends, she cannot stand anymore her plastic skin and dreams of a real life. A life like the one of the Engman family, the real humans who bought her to do their housekeeping.

When Mimi and her friends get mad, it is not good for us, the real people. Even when they do not, though. Because these hubots remind us of our weaknesses, cowardices and self-denials. And this is quite terrifying. Made in Sweden TV show. Interesting and perturbing.

BFFF (Best fiction friend forever) potential: real. Watch to freak out, to think, to smile.

Next week in ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

%d blogueurs aiment cette page :