Tag Archives: Treme

ILTVSW best Best Fiction Friends Forever Winter 2014

27 Avr

FRA/ENGLISH

Chers sériephiles,

C’est la pause de Printemps pour I love TV so what ? Le blog sera de retour le dimanche 11 mai avec … Une petite idée ? En attendant, pourquoi ne pas participer à l’élection du meilleur BFFF hiver 2014? Vous pouvez voter en utilisant le formulaire contact ci-dessous. A bientôt !

 

 

Dear series addicts,

It’s Spring blog break for I love TV so what ? The blog will be back Sunday May 11th with … Take a guess. Meanwhile, you can vote for the best BFFF winter 2014. Using the contact form below. See you soon !

 BFFF Weekly 27: Yes she can

BFFF Weekly 28: Sex, a city and the boys

BFFF Weekly 29: It doesn’t have to be a Rolex

BFFF Weekly 30: When a woman tries to be a good man

BFFF Weekly 31: Girls night tonight?

BFFF Weekly 32: Your life sucks but it’s great, though

BFFF Weekly 33: Pimples have their magic

BFFF Weekly 34: Be girly if you are a man

BFFF Weekly 35: What a wonderful world … if we want

BFFF Weekly 36: Not only for your eyes

BFFF Weekly 37: Bangs bangs style

BFFF Weekly 38: Start smiling that’s what friends are for

BFFF Weekly 39: The girl & the ponytail & us

BFFF Weekly 40: Without love where would we be now?

Votre/Your Vote

BFFF Weekly 35 : what a wonderful world… if we want

16 Mar

Chère Toni Bernette

FRA/ENGLISH

Pour la première fois depuis que je me suis lancée dans cette aventure épistolaire mon iPad tremble. C’est ce qui arrive lorsque l’on a la chance d’exprimer publiquement l’immense respect que quelqu’un d’admirable nous inspire. J’ai écrit à un président, à un roi de la drogue, à une star de la musique et, même, à un membre de l’aristocratie britannique, cela n’a pas été facile mais cela n’a jamais constitué un tel challenge. Toni Bernette de la série Treme, vous comptez parmi mes BFFF/Personnages préférés pour toute la vie à qui j’écris chaque semaine. Vous êtes même l’un de mes BFFF préférés.

Toni cette lettre est très difficile à rédiger car même si vous n’êtes pas une vraie personne, vous pourriez l’être. Et, dans un sens, vous l’êtes. Quelque part dans la belle ville de La Nouvelle-Orléans, il y a des femmes comme vous. Il n’est pas question de provoquer une guerre des genres. Il s’agit juste ici d’une lettre de femme à femme. Vous êtes un avocat humaniste. Ce n’est pas une antithèse. Cela existe même si c’est rare. Vous vivez dans une ville magnifique mais blessée par la visite de l’ouragan Katrina. La corruption y est banale. Le racisme, aussi. Vous, maître Bernette, vous obstinez à les combattre. En nous prouvant épisode après épisode que l’intelligence et le courage sont sexys. Vous êtes une héroïne de tous les jours. Je suis très touchée par ça pour toutes les raisons qui suivent. 1. nous n’avons, jusqu’à preuve du contraire, qu’une vie à vivre et c’est très cool d’en faire quelque chose de valable. 2. le monde merveilleux d’Aaron Sorkin, dans lequel des femmes et des hommes exceptionnels jouent comme une bonne équipe de football pour rendre le monde meilleur, fonctionne aussi pour des gens comme vous et moi dans le monde de David Simon. 3. si deux grands auteurs contemporains croient que cela est possible, cela doit être une réalité ou le devenir un jour ou l’autre (cf Aldous Huxley Le meilleur des mondes – 1931).

Ce qui est également formidable avec vous Toni, c’est que vous nous rappelez que quelles que soient les épreuves que nous traversons, nous avons toujours le choix. Celui d’abandonner ou pas. Celui de tendre la main, de nous sentir concernés, de considérer que nous appartenons à une communauté. De chouchouter nos qualités. De nous débarrasser de nos défauts. La Nouvelle-Orléans est finalement une métaphore de ce que peut être le genre humain dans la vie, la vraie. Magnifique comme sa musique, sa cuisine, sa culture et ses habitants qui tentent de la préserver. Atroces comme les semaines qui ont suivi le passage de Katrina.

Louis Armstrong, un natif de La Nouvelle-Orléans, a chanté What a wonderful world. Cela n’a pas toujours été le cas pour lui, pas plus que cela n’est exact tous les jours aujourd’hui mais grâce à des gens comme vous, Toni, cela peut l’être. Merci.

La semaine prochaine dans ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

 

Melissa Leo/Toni Bernette

 

Titre/title: Treme (2010/2013)
Createurs/creators: David Simon/Eric Overmyer
Cast: Melissa Leo (Toni Bernette)
Maths: 4 saisons/seasons
Chaîne/network: HBO/OCS (en France)

Dear Toni Bernette

For the first time since I started my epistolary project my iPad is shaking. This is what happens when you get the chance to publicly express the tremendous respect someone admirable inspires you. I wrote to a president, to a drug kingpin, to a star singer & even to a member of the British aristocracy, it wasn’t always easy but it has never been this challenging. Mrs Bernette, from the TV show Treme, you are among my BFFF/Best Fiction Friends Forever. And among my dearest BFFF.

Toni Bernette this letter is so hard to write because even though you are not an actual person, well you could be. You are. Somewhere in the great city of New Orleans there are women like you. No gender war here. Just a woman writing to a woman. You are a humanist lawyer. Such lawyers exist even if they are not the majority. You live in a beautiful but wounded city after hurricane Katrina’s visit. Corruption is usual business. Racism, too. And you Mrs Bernette you keep fighting it. Proving us episode after episode that smart & brave are the new hype. You are an ordinary hero. And I am very sensitive to that. Because 1. we have only one life to live, until proven wrong, and it’s pretty cool to do something worthy of it. 2. the Aaron Sorkin’s magical world, where women and men play as a football team to make the world a better place, works also for regular folks in David Simon’s one. 3. if two great contemporary writers feel the same way it must be a reality or become one sooner or later (cf Aldous Huxley Brave New World – 1931).

The other great thing with you Toni is that you remind us that no matter how tough times are, we always have a choice. On an intimate level to give up or not. As an individual to reach out, to care, to think of ourselves as a member of a community. To BFF with our best parts and to get rid of our worst. New Orleans is nothing else but a real life metaphor of what human kind can be. Beautiful like its music, its food, its tradition & culture and its people trying to preserve it. Horific as the days after Katrina.

Louis Armstrong, a New Orleans native, sang What a wonderful world. Obviously it was not always true for him neither it is always true for us today but with the help of people like you it can be. Thank you.

Next week in ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

ILTVSW craque aussi pour/also loves…Treme

1 Déc

FRA/ENG

Donc, c’est la fin. Il en fallait une. Il y a une fin à chaque histoire. J’aurais tellement voulu que cela ne soit pas aujourd’hui. Ni demain. Ni cette année. Je sais, cela pourrait être les paroles d’une chanson de jazz médiocre. Mais, c’est le mieux que je puisse faire pour exprimer la mélancolie qui est la mienne. La dernière saison de la magnifique et puissante série Treme débute ce soir aux États-Unis et demain en France. Ce qui signifie que nous n’avons pas d’autres choix que celui de dire adieu à Antoine, Janette, Davis, Toni et tous ses personnages charismatiques, de dire au revoir à La Nouvelle Orléans.

Cela n’est pas chose aisée car David Simon et Eric Overmyer, les créateurs de la série, n’ont jamais caché que Treme était une lettre d’amour à la ville et à ses habitants. Un hommage à sa musique, un hommage aux musiciens. Un hommage à sa cuisine. Un hommage à sa culture. À son âme. À la force et au courage dont il a fallu faire preuve au lendemain de l’ouragan Katrina. Ils y sont tellement bien parvenus qu’ils se sont exonérés des règles de la dramaturgie. Les bons contre les méchants, ce n’est pas le sujet de Treme.

La série parle des gens. Des gens ordinaires et de leur quotidien. De la manière dont, ensemble, ils parviennent à améliorer les choses dans un monde où il n’y a pas d’autre option. Comme une allégorie de nos sociétés rongées par la crise, les doutes et les peurs. Du coup, cette proposition réaliste mais finalement optimiste fait chaud au coeur. Cinq épisodes pour dire au revoir, c’est sûr, cela ne sera pas suffisant.

Série made in US. Magnifique et puissante. Potentiel BFFF : total. À regarder pour aimer, pour sourire, pour pleurer, pour réfléchir.

La semaine prochaine dans ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

 

 

Titre/title: Treme (2010/2013)
Createur/Creator: David Simon/Eric Overmyer
Maths: 4 saisons/seasons
Chaîne/Network: HBO/OCS city (en France)

So this is the end. Had to be one. There is an end to every story. Only wished it would not be today. Not tomorrow. Not this year. This could be the lyrics of a mediocre jazz song. But that’s also the best I can do to express my melancholy. The beautiful and powerful Treme is ending. Meaning we have to say goodbye to Antoine, Janette, Davis, Toni and all its charismatic characters and to the city of New Orleans.

It’s not easy because David Simon and Eric Overmyer, the creators of the show, made it clear from the beginning that Treme was their love letter to the city and its people. A tribute to music, to musicians. A tribute to its cooking. A tribute to its culture. To its soul. A tribute to the tremendous amount of strength and courage it took to start all over again after hurricane Katrina. They did so well that they managed to do without the rules of dramas. The usual bad guys VS good guys is not what you are going to find.

Because Treme is about people. Ordinary people. And the idea that ordinary people can together make things better and that there is no other option. An allegory of our world in times of crisis, doubts and fears. This is probably the reason why this realistic and yet optimistic TV show feels so good. Five episodes to say goodbye will sure not be enough…

Made in the US TV show. Beautiful and powerful. BFFF potential : total. To watch to love, to smile, to cry, to think.

Next week in ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

%d blogueurs aiment cette page :