Archive | 21:41

ILTVSW guest star: Vince Gilligan, le créateur de Breaking Bad

15 Sep

Version française

Vince Gilligan s’est rendu à Deauville le week-end dernier dans le cadre du Festival du film américain et de la Saison 4, événement consacré aux séries. Le créateur de Breaking Bad, qui suit Walter White un professeur de science condamné par un cancer du poumon qui devient dealer pour subvenir aux besoins de sa famille, a donné une formidable masterclass. Le 29 septembre prochain la chaîne du câble AMC diffusera le dernier épisode d’une série devenue culte alors qu’en France il faudra patienter jusqu’au 21 décembre date à laquelle OCS lancera la dernière saison. Interview de l’un des auteurs les plus pointus de la télé américaine d’aujourd’hui que ILTVSW a eu la chance de rencontrer près d’une demi-heure.

ILTVSW: En 2008 lorsque vous avez créé Breaking Bad c’était déjà l’âge d’or de la télévision américaine pour les scénaristes, des séries comme les Sopranos ou Six Feet Under étaient déjà de considérables succès. Votre projet avait-il pour but de proposer quelque chose de radicalement différent ou étiez-vous simplement concentré sur votre désir de raconter l’histoire de Walter White?

Vince Gilligan. Un peu des deux. Ce petit homme Walter White m’intriguait et je voulais explorer son histoire. Ce qui est drôle lorsque l’on écrit pour la télévision, c’est que l’on ne connaît pas toute l’histoire au début. Il s’agit d’explorer l’histoire et d’apprendre à connaître le personnage. C’était ce que j’avais envie de faire. Mais je souhaitais également que la série soit différente. Historiquement, les règles de la télévision voulaient que les personnages ne changent pas. Prenez M.A.S.H., Pierce est la même personne dans la saison 1 que dans les saisons 9, 10 ou 11. Les téléspectateurs aux Etats-Unis ont longtemps apprécié cela. Lorsqu’ils allumaient leur télévision, ils voulaient savoir ce qu’ils allaient retrouver et qui ils allaient retrouver. Je savais cela et je me suis dit que cela serait sympa de créer une série dans laquelle le personnage principal dans le premier épisode n’est pas le même que dans le dernier épisode. En d’autres termes, un personnage qui changerait dans chaque épisode, qui deviendrait une nouvelle personne. De sorte que si un téléspectateur ne voyait que le premier épisode et le dernier épisode de la série, il se dirait : Mais je ne reconnais même pas ce gars, que lui ait-il arrivé? Il est différent, il se comporte autrement, il était bon maintenant, il est mauvais… C’est ce que j’ai voulu faire.

ILTVSW: Votre parti pris constituait un réel challenge…

V.G. Effectivement, c’était un challenge. Je voulais me mettre à l’épreuve pour voir si je pouvais créer quelque chose de nouveau et d’original. Nous le savons tous c’est extrêmement difficile d’y parvenir car presque toutes les histoires ont déjà été racontées. Il n’existe en effet qu’un petit nombre d’émotions humaines et toutes les combinaisons entre elles ont quasiment été explorées. Pourtant, nous les auteurs nous continuons d’essayer. C’est exactement ce que j’ai fait avec Breaking Bad, essayé d’être différent.

ILTVSW: Cette histoire d’un homme brisé relevait-elle également du défi pour vous sur un plan plus personnel?

V.G. Comprendre la psychologie de Walt et son comportement n’était pas difficile pour moi. Nous partageons de nombreux points communs. Je n’ai rien de commun avec Heisenberg l’homme qu’il devient. Mais Walter, dans le premier épisode, et moi-même sommes plus semblables que j’aimerais l’admettre. C’est une personne bien intentionnée, il est un peu timide, manque de courage, il n’avance pas dans sa vie avec une force tranquille, c’est même tout le contraire, il est comme somnambule. A la fin du premier épisode, il dit : Je suis réveillé. Je peux comprendre ce sentiment.

ILTVSW: Pourtant ce que vous décrivez n’a pas grand chose à voir avec votre vie…

V.G. Bon, vous savez, pas en ce moment (silence). Quoique cela m’arrive de ressentir cela aujourd’hui encore et certainement au moment où j’ai créé la série. J’allais presque avoir quarante ans et je me sentais très quadragénaire. Je me disais : Mince, il y a des tas de trucs très sympas que je ne ferai jamais. Je n’ai jamais parcouru l’Europe sac sur le dos, je n’ai jamais appris à piloter un avion, ni atteint le sommet de l’Everest, je ne serai jamais président des Etats-Unis… A mesure que vous vieillissez, vous réalisez que vos possibilités deviennent plus limitées. Je pense que Walter White ressent cela aussi. C’est la raison pour laquelle il était facile pour moi de le comprendre.

ILTVSW: L’écriture de la série est brillante comme la réalisation et le jeu des acteurs mais au-delà de cela comment expliquez-vous le fait que Breaking Bad soit devenue un phénomène de la pop culture?

V.G. Je n’en sais rien. J’aurais aimé avoir une belle réponse à cela. Cela me trouble et cela me rend heureux que la série soit devenue un tel phénomène. D’ailleurs, j’ai mis des années à m’en rendre compte. Alors que la série existe depuis six ans, je n’en ai pris conscience que l’an passé. Et il m’a fallu ce voyage en Europe pour prendre la mesure réelle de son succès. Cela fait maintenant trois semaines que je suis en Europe et aujourd’hui est mon dernier jour ici et je peux vous dire que je ne savais pas que nous avions autant de fans en dehors des Etats-Unis. C’est extraordinaire.

ILTVSW: Pour quelle raison la série fait-elle écho chez autant de téléspectateurs?

V.G. Je peux formuler quelques hypothèses. Je vais les partager mais je crains de ne pas vraiment connaître la réponse et cela m’effraie car en tant qu’auteur on a envie de pouvoir connaître de nouveaux succès. Celui-là sera difficile à reproduire car je ne sais pas si j’en ai vraiment tiré une leçon. Je pense d’abord que la série fait écho autour du monde car l’acteur qui joue Walter est particulièrement excellent et facile à apprécier. Son visage inspire la compassion même lorsqu’il fait des choses terribles. Il y a de l’humanité en Bryan Cranston qui touche les gens de manière universelle. Quoi qu’il fasse ils l’aiment. L’autre raison réside je pense dans le fait que Walter White se bat réellement pour faire les choses comme il faut dans le premier épisode et, même si dans les suivants le bien ne l’intéresse plus, il continue de se battre et de travailler dur pour réussir. Rien n’est facile pour lui. Je crois que l’on apprécie les gens qui sont bons dans leur travail, qui triment, surmontent de gros obstacles et qui ne renoncent pas. Des gens qui ont la vie dure mais qui persévèrent. Sans doute car pour nous tous, c’est une remarque très générale mais très vraie sur le genre humain, la vie est très dure de temps en temps. Donc lorsque nous voyons quelqu’un d’autre expérimenter cela et ne pas baisser les bras, nous nous disons : Je peux comprendre cela, je peux regarder cela.

ILTVSW: Donc paradoxalement, il y a un message d’espoir dans Breaking Bad?

V.G. Un message d’espoir, d’un certain point de vue peut-être, oui. J’aime cette idée (rires).

ILTVSW: Vous dites que la force des chaînes de télévision du câble aux Etats-Unis n’est pas la liberté qu’elles offrent mais le petit nombre d’épisodes qu’elles commandent?

V.G. C’est vrai. Nous disposons au maximum de 13 épisodes et ces deux dernières années nous n’en avons eu que 8. Plus vous avez de temps pour écrire chaque épisode et plus vous avez de chance qu’il soit meilleur. Sur les chaînes nationales aux Etats-Unis, les séries, dont certaines sont excellentes, se déroulent sur environ vingt-quatre épisodes par an. J’ai travaillé sur l’une d’entre elles et j’en suis très fier (X Files, NDLR). Quelqu’un qui ne l’a jamais fait ne peut pas comprendre à quel point l’emploi du temps est dingue. Cela ne s’arrête jamais. C’est comme jouer à un jeu vidéo dans lequel vous conduisez une voiture à 200 km/h en essayant d’éviter les obstacles. Impossible de faire une pause pour réfléchir et livrer votre meilleur travail. C’est la raison pour laquelle je ne pourrai pas y retourner comme showrunner.  Je suis trop vieux pour cela, c’est trop dur, c’est trop de travail.

ILTVSW: On dit que la télévision est le média des scénaristes mais vous dites des choses intéressantes sur votre manière de travailler à la façon du cinéma. L’écriture visuelle est-elle la plus importante à vos yeux?

V.G. Je crois que ce que j’ai voulu dire c’est que la télévision est un média de scénaristes mais un scénariste est un conteur d’histoires comme l’acteur ou le réalisateur. J’aime me considérer comme un réalisateur mais je suis d’abord un scénariste. En tant que scénariste, j’aime peindre l’image visuellement. On considère que cela relève strictement du travail du réalisateur. Je ne le pense pas. Je suis convaincu que c’est le travail du scénariste de voir dans sa tête tout ce qu’il écrit, voir tout son film ou sa série avant même que quelqu’un ne lise son travail. C’est une part considérable de mon travail. Si je ne le fait pas avant de le donner aux acteurs ou aux réalisateurs c’est que je n’ai pas terminé mon travail. En tant que showrunner, ce qui prouve que je suis un peu control freak, j’aime pouvoir dire au réalisateur la scène devrait se dérouler ici plutôt que là.

ILTVSW: Le dernier épisode de Breaking Bad sera diffusé le 29 septembre prochain. Ecrire cet épisode est-ce une forme de piège?

V.G. Mon sentiment était très ambivalent. Je ne voulais pas que la série s’arrête. Je voulais qu’elle continue pour toujours mais je savais qu’il fallait y mettre un point final. Cette histoire demandait une fin. Le piège était ma peur de rater. La peur de ne pas réussir à écrire un dernier épisode qui rende les gens heureux, non je devrais plutôt utiliser le mot satisfait. Heureux ou triste ne sont pas des sentiments aussi profonds que satisfait. Je voulais qu’après avoir regardé le dernier épisode les téléspectateurs demeurent un moment dans leur fauteuil et se disent : Quelle fin! Juste comme il le fallait. Je voudrais que les gens ressentent cela.

ILTVSW: Cela a-t-il nécessité un certain courage? Avez-vous pris des risques?

V.G. Je pense que nous avons pris de gros risques. Mes six auteurs et moi avons passé plus d’un an à parler des derniers épisodes et plusieurs mois à travailler sur le dernier. Nous y avons consacré tout ce temps car nous voulions considérer toutes les possibilités. Nous nous sommes demandés : Le final doit-il être un choc total, une surprise que personne n’a vue venir? Ou au contraire le final le plus satisfaisant est-il celui que tout le monde voit venir mais qui convient parfaitement à la série? Je ne vous dirai évidemment pas l’option que nous avons finalement retenue mais toutes ces questions devaient être posées. Il fallait nous demander : Quelle est réellement la bonne fin pour Breaking Bad?

ILTVSW: Avez-vous été tenté de frimer un petit peu?

V.G. Oui, dans ce genre de circonstances, vous voulez frimer un peu. C’est un besoin humain et j’y suis sensible. J’ai écrit et dirigé le dernier épisode. Cela a été très difficile pour moi. Chaque fois que je réalise, j’ai l’impression que c’est la première fois, que c’est un truc nouveau. Mais j’ai le sentiment d’avoir été chanceux de pouvoir le faire et je suis satisfait du dernier épisode. Nous avons frimé un peu et pas seulement dans le dernier mais dans les 8 derniers, et cela a été agréable. J’espère que nous n’avons pas trop frimé. On veut que tout soit parfait. On veut que les proportions du final soient les bonnes.  Mais on veut aussi frimer un tout petit peu.

© 2013 ILTVSW – La reproduction, partielle ou entière, de cet entretien n’est pas légale sans l’accord préalable de ILTVSW.

La semaine prochaine dans ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

ILTVSW guest star: Vince Gilligan, creator of Breaking Bad

15 Sep

English Version

Vince Gilligan was in France last week to attend Deauville season 4 the American Film Festival event dedicated to TV shows. The creator of Breaking Bad, a show that follows Walter White a science teacher dying from a lung cancer and becoming a drug dealer, gave a great masterclass just a couple of weeks before the last episode of his show, the 29th of September on AMC. Interview of one of the most acclaimed author on American TV. ILTVSW was lucky enough to seat with him for nearly half an hour.

ILTVSW: In 2008 when you created Breaking Bad it was already a super golden age for TV writers, shows like The Sopranos or Six Feet Under were already hits. Your point with your show was it to make something totally different or did you only focus on telling Walter White’s story?

Vince Gilligan. It was a little bit of both. I was intrigued by this little man Walter White I found very interesting and I wanted to explore his story. I wanted to tell his story but the fun thing in writing for television is very often you don’t know the all story, you certainly don’t know all at first, so it is certainly more about exploring the story and learning who this person is and then being able to write about him. And I wanted to do that. But also as to the first part of your point, I wanted the show to be a very different kind of TV. TV historically is about keeping characters consistent, in others words if you watch M.A.S.H. the TV show, Pierce is the same person in season 1 as he is in season 9, 10 or 11 pretty much because historically television audiences in the United States wanted that consistency, when they tuned in to a TV show no matter what year it was, they wanted to know what they were going to get and who they were going to be watching. I knew that and I thought it would be fun to do an experiment and come up with a TV show in which the main character in the first episode is not the main character in the last episode. In other words he changes with every episodes, he becomes a slightly different person so if you have never seen Breaking Bad and all you saw was the very first episode and then the very last episode you would say I don’t even recognize this guy, what has happen to him? He looks different, he behaves differently, he was good now he is bad…

ILTVSW:  Was it challenging at that time?

V.G. Yes it was challenging. I wanted to challenge myself, to come up with something new and original. And it is very hard as we all know to come up with something that hasn’t been done because pretty much every story has been told before. And I think the reason for that is there is only a small number of human emotions so pretty much every possibility of emotions has been told and yet we still strive as writers to do something new and original. And that was exactly what I was doing with Breaking Bad, trying to be different.

ILTVSW: This story of a broken man was it a bit of a challenge also on a personal level for you?

V.G. Understanding Walt’s psychology and it’s behavior was not that hard for me, I have to admit. Because Walter White and I share a lot of similarities. I don’t share too many similarities with Heisenberg the person he turns into. But Walter in his first episode, he and I are more alike that I would care to admit because he is a well intentioned person, who is a little shy, lacks in courage and he doesn’t go forward in his life with great robust strength and instead he kind of coasts through life, he sleepwalks a little bit. In fact in his first episode he says: I am awake once that ends. I could understand that feeling.

ILTVSW: But it has nothing to do with your life…

V.G. Well, it has not now (silence). You know sometimes it has now and then it had too. I was about to turn forty years when I created the show and I was feeling very middle aged and I was feeling like : Gee have I missed my opportunities to do a lot of fun things? I have never backpacked through Europe and stayed at hostels, I haven’t learned how to fly a plane, I haven’t climbed Mount Everest, I am not going to be president of the United States… You realize the older you get that your possibilities become more limited. And I think Walter White feels that way too. So I think he and I had some similarities therefore he was easy for me to comprehend.

ILTVSW: The storytelling is brilliant in your show, the directing and the actors are too but beside that, why do you think Breaking Bad has become such a pop culture phenomenon?

V.G. I don’t know. I wish I had a great answer for that, I wish I did. It confuses me and it makes me very happy that it is such a pop culture phenomenon and it took me years to realize that it was turning into a phenomenon. I only really realized it within the last year even though it’s been on for six years and I have only truly come to understand how big it is on this trip for instance. I have been in Europe for three weeks, this is my last day in Europe, and I didn’t realize how many fans we had outside of the United States and it’s wonderful.

ILTVSW: My question was also why does the show resonate with people so much?

V.G. I have a couple of guesses, I’ll tell you. But I fear that I don’t truly know the answer and that scares me because as a writer you want to be able to repeat your successes and I worry that this one will be hard to repeat because I don’t know that I have completely learned the lesson of Breaking Bad. I would say that Breaking Bad resonates with viewers around the world in part because the actor who plays him is particularly excellent and particularly wonderful and sympathizable. He has a face that you have compassion for even when he does terrible things. There is some humanity in Bryan Cranston that comes across to people all around the world. Even when the character does terrible things people still feel for him. The other reason is that Walter White struggles very hard to do the right thing in the first episode as the show progresses he doesn’t seem to be worried as much about doing the right thing but he is constantly struggling and works very hard to succeed. And even though the things he wants to succeed at are often very bad things it is not easy for him. And people appreciate people who are good at their jobs and who work hard at their jobs and who overcome great obstacles and who don’t give up. People appreciate people who do not have an easy time of it but who persevere nonetheless. Because we all feel, this is a very general and yet true observation about humanity, from time to time that our lives are very hard and therefore when we see someone else having a very hard life and not giving up we say to ourselves : I can get behind that, I can watch that.

ILTVSW: So paradoxically there is an hope message in Breaking Bad?

V.G. A message of hope in some level perhaps, yeah. I like that, yeah (laugher).

ILTVSW: The main strength of cable TV is not for you the freedom it allows but the little number of episodes per season you have to tell a story...

V.G. Yes. At most you have 13 episodes and this last two years we only had 8 episodes. And more time you have to craft each individual episode theoretically the better each of those episode should be. On broadcast television in the United States, some of which is very very good, I used to work on a broadcast show that I was very proud of, we have to do 24 episodes a year. Someone who hasn’t done it could not believe how insane the schedule is. It never ends. It is like playing some video game where you are driving a car at 200 miles an hour and dodging things. It doesn’t allow for you to stop and think things through and do your best work. And that’s why I could not go back to American network television not as a showrunner. I am too old, it’s just too hard, it’s too much work.

ILTVSW. Everybody says that TV is a writers medium but you say very interesting things about your movie like way of writing. The visual storytelling is the most important thing for you?

V.G. I think what I meant was it’s a writers medium but see a writer is a storyteller, just as an actor is a storyteller, just as a director is a storyteller. I’d like to think of myself as a director but I am a writer first. A writers medium meaning that as a writer I like to paint picture visually and very often it’s felt that’s the director’s job and strictly the director’s job. But I don’t see it that way. I see that it’s the writer’s job to visualize everything that she or he is writing, see the all movie or TV show in their head before anyone else ever reads it. That’s a part of my job, an important part. If I haven’t seen the movie in my head before I give it to the actors and the director, then I haven’t done my full job. What I like to do as the showrunner of a TV show, and it shows that I am a bit of a control freak, is to be able to say to the director I think this particular scene should take place here instead of here.

ILTVSW: The end of Breaking Bad will be aired the 29th of September. What was the trap of the final episode?

V.G. It is a very ambivalent feeling. I didn’t want it to end. I wanted it to go on forever but I knew it needed to end because creatively this is a story that demands closure, that demands finality. The trap was the fear I had of failure. It was the fear that I would not come up with a final episode that made people happy, rather I should use the word satisfied people. Happy and sad are not as profound a feeling as satisfaction and I want viewers when they watch the very last episode to seat back in their chairs and just be quiet for a moment and then say to themselves : Wow, that ending, just like it should have. I want people to feel that way.

ILTVSW: Did you need to be brave to finish the job? Did you take a chance?

V.G. I think we took some big chances. My six writers and I spent more than a year talking about these final episodes and months and months talking about the very last one. We spent a long time because we wanted to consider every possibility and we said to ourselves : Should the ending be a complete shock and surprise so that no one sees it coming, is that the most satisfying ending or is the most satisfying ending is an ending that a lot of people see coming but nonetheless it’s proper and feeding? I won’t tell you the answer we came up with but those were all very valid questions. You have to say to yourself what constitutes the correct ending for Breaking Bad.

ILTVSW: Did you ever felt like showing off a little?

V.G. You want to show off a little. There is a human need to show off a little. I am susceptible to it, yes. I wrote and directed the last episode. And it was very hard for me. Every time I direct, I feel like I have never directed before, I feel like it’s a brand new thing. But I feel very lucky to get to dot it and satisfied by this last episode. We got to show off a little not just in the last episode but in all of these 8 episodes and that felt good. And hopefully we didn’t show off too much. You want to do everything just right. You want the proportions of your ending to be correct. But you want a little showmanship too.

© 2013 ILTVSW

Next week in ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

%d blogueurs aiment cette page :