Archive | novembre, 2013

BFFF Weekly 24: Satan wears Hugo Boss

17 Nov

Cher Congressman

FRA/ENG

Vous êtes l’un de mes BFFF/Personnages préférés pour toute la vie à qui j’écris chaque semaine. Je devrais pourtant vous haïr. Il y a un certain nombre de raisons objectives à cela. Si je vous  écoutais, je devrais commencer à douter que le soleil se lève chaque matin. Je devrais aussi cesser de croire qu’il existe des choses comme des valeurs, des engagements, le bonheur ou la grandeur. Après 45 minutes passées en votre compagnie, Francis Underwood de la série House of Cards ma seule certitude, c’est qu’être un salaud peut supposer un travail à temps plein. Même au congrès des États-Unis. Même pour un gars invité très régulièrement à prendre le café dans le Bureau ovale.

Cela n’est pas un scoop, je le reconnais volontiers. Si ça l’était, nous ne vivrions pas sur la même planète. La révélation est ailleurs. Quand une téléspectatrice civilisée considère que vous regarder détruire la vie d’autres êtres humains est une expérience plaisante. Détruire n’étant pas ici employé comme une métaphore. Heureusement, je ne suis pas la seule et nous sommes même des milliers à pouvoir plaider coupable. Cela n’est cependant pas suffisant à me rassurer. Imaginez la scène. Un très agréable dimanche après-midi. Tout n’est qu’harmonie dans ma maison. Et, tout à coup, je me mets à hurler: « Les enfants, je suis totalement indisponible pendant une heure au moins. Entre Nemo et le salaud, devinez qui j’ai choisi? Suis-je claire? Pour l’instant, je me fous complètement de savoir si oui ou non notre poisson rouge a un besoin urgent d’un masque à oxygène. »

C’est dire à quel point vous êtes méchant et puissant, Francis. Capable de tuer un poisson rouge dont vous ignorez même l’existence. Mon dieu c’est effrayant. Cela ne m’empêche pourtant pas de continuer à fréquenter votre petite université machiavélique. Pour tenter d’en apprendre plus sur le comportement du parfait salaud/perfect bastard ou PB. Règle 1: la femme du PB est cruciale dans son succès. Claire est un très bon choix puisqu’elle est à la fois plus élégante et pire que vous. Règle 2: ne jamais porter autre chose que des costumes sur mesure bleu marine. Règle 3: pour être le meilleur d’entre les PB il faut obtenir un score excellent au SAT (test d’admission pour les facultés américaines) car il n’est pas facultatif de sortir de l’une des universités de la Ivy League.

Vous êtes tellement fort que je n’arrive pas toujours à saisir toute la subtilité de vos complots. La bonne nouvelle c’est que vous allez revenir pour une saison 2 et, peut-être même, une troisième. J’attends cela avec impatience même si, au bout du compte, j’espère que vous aurez ce que vous méritez. Votre enfer sera alors pour nous un paradis.

PS: message important à destination des organisations de protection des animaux, nous ne possédons pas de poisson rouge, ni de poisson d’aucune sorte et, si nous en avions un, nous ne l’appellerions pas Nemo.

La semaine prochaine dans ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

 

Kevin Spacey/Francis « Franck » Underwood

 

Titre/title: House of Cards (Depuis/Since 2013)
Créateur/Creator: Beau Willimon
Cast: Kevin Spacey (Francis « Franck » Underwood)
Maths: 1 saison/season 13 épisodes
Chaîne/Network: Netflix (VOD) Canal Plus

Dear Congressman

You are one of my BFFF/Best fiction friends forever even though I should hate you. There are a lot of objective reasons to that. If I listened to you I should start doubting that the sun rises everyday or believing there are no such things like values, commitment, happiness or greatness. After 45 minutes spent with you Francis Underwood from the show House of Cards the only thing I know for sure is that being a bastard can be a full time job. Even in the US congress. Even for a guy who on regular basis is invited to have a coffee in the Oval Office.

This should not be breaking news, I concede. Or, if it was, we probably would not live on the same planet. No, the revelation is somewhere else. When a civilized TV viewer can find it a pleasant experience to watch you destroying other persons lives. Destroying is not here a metaphor. And  that person would be me but luckily I am not alone & thousands should plead guilty. This is not enough to make me feel better. Imagine the scene. A very pleasant Sunday afternoon, there is nothing but harmony in my house. And suddenly me yelling : « Kids, I won’t be available for the next hour. Between Nemo and the bastard, guess who I choose? Am I clear? Right now I do not give a damn about the fact that our goldfish seems to urgently need an oxygen mask. »

That’s how bad and powerful you are, Francis. Able to kill a goldfish you don’t even know about. God, that’s frightening. But it doesn’t stop me to go back to your little Machiavelli university. And to find out more about your perfect bastard or PB behavior. Rule 1: the PB’s wife is crucial in his success. Obviously Claire was a good choice she is both delicate and worse than you. Rule 2: you do not want to wear anything but navy handmade tailor’s suits. Rule 3: you should never miss an hair dresser appointment on the day you are going to have someone killed. Rule 3: to be the greatest PB you need an excellent SAT score because the Ivy League type of smart is a requirement.

You are so good at this that I can hardly understand all your subtile schemes. The great news is that you are returning for a season two and probably a third one. I have to say that I can’t wait to catch up even if at the end of the day I hope you are going to get what you deserve. You would be in hell and for we, the viewers, it would be paradise.

PS: important message to the animal rights organisations, we do not have a goldfish or any kind of fish and, even if we did, his name would not be Nemo.

Next week in ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

ILTVSW craque aussi pour/also loves… Top of the lake

3 Nov

FRA/ENG

Bonne nouvelle. La semaine de la chance commence demain. C’est le moment où jamais de parier, à l’occasion d’un diner en ville, qu’une série télévisée peut constituer une forme d’art. Ce coup de chance, vous le devez à une femme très talentueuse. Avec Top of the lake, ce jeudi sur Arte, Jane Campion signe une perturbante, puissante et magnifique série télévisée. Trois preuves que l’art peut surgir du petit écran.

Sur les pas de Robin Griffin – Elisabeth Moss – un détective qui recherche Tui, une jeune fille de douze ans enceinte et portée disparue dans la nature sauvage néo-zélandaise, la réalisatrice ne nous raconte pas une histoire de flics de plus. Elle explore la solitude qui peut ronger les êtres humains et questionne leur capacité à survivre malgré la rudesse des obstacles méthodiquement placés par l’existence. Sommes-nous au moins capables de cela? Il n’y aura pas de réponse. Mais de nombreuses questions surgiront le long du chemin.

Top of the lake propose presque un aller simple. On ne ressort pas tout à fait indemne de ce voyage émotionnel télévisuel. L’écriture intelligente de Jane Campion associée à Gerard Lee, sa réalisation splendide, le talent incroyable de ses acteurs et la beauté à couper le souffle des paysages néo-zélandais expliquent tout. Pari gagné d’avance, on vous dit.

Série made in New Zealand. Perturbante et intéressante. Potentiel BFFF : total. À regarder : pour trembler, pour réfléchir, pour pleurer.

La semaine prochaine dans ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

 

 

Titre/title: Top of the lake (2013)
Créateurs/Creators: Jane Campion, Gerard Lee
Maths: 1 saison/season 6 épisodes
Chaîne/Network: Arte

Good news. Starting tomorrow, it’s easy bet week. Attending your next dinner, no chance of losing if you defy the others guests to prove TV cannot be an art form. You might want to thank a very talented woman for this lucky break. With Top of the lake, this thursday on Arte, Jane Campion makes a disturbing, powerful and beautiful television show. Three serious evidences that art has something to do with it.

Following the footsteps of Robin Griffin – Elisabeth Moss – a detective looking for Tui, a missing twelve years old pregnant little girl in the wilderness of New Zealand, the director is not telling another crime story. She is exploring the loneliness of human beings and questioning their ability to survive despite the harshness and the obstacles of life. Can people even do that? There will be no answer. But a lot of questions along the way.

Top of the lake is very much like a one-way trip. No one can easily come back from this emotional TV journey. Thanks to Jane Campion and Gerard Lee intelligent writing, her stunning filming, the incredible talent of her actors and the breathtaking beauty of New Zealand landscape. Told you, an easy win.

Made in New Zealand TV show. Interesting and perturbing. BFFF potential : total. To watch to freak out, to think, to cry.

Next week in ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

%d blogueurs aiment cette page :