Archive | février, 2016

ILTVSW guest star (VO) : Paul Abbott creator of #NoOffence

28 Fév

Paul Abbott, the creator of Shameless, Hit & Miss and No Offence, was in France last September at the TV Festival of La Rochelle.

ILTVSW was lucky enough to seat with him and talk about writing & fear.

© Channel 4

 

ILTVSW. About No Offence you said you wanted it to be funny but not to be a comedy. What do you mean by that ?
Paul Abbott. We kept making versions of it. They were very funny but it was just rude. Because it was just for the jokes. Comedy is selfconscious and we were trying to « deselfconsciousize » (laughs)…  I think that’s the difference.

ILTVSW. Do you think that too many jokes are bad for the writing ?
Paul Abbott. Yeah, if they are forced. They can be. But, I don’t think the gags make a scene funny, the jokes do. The clarity of the attitude is what makes it funny. We cut loads of gags out. They made it so comedic it stopped being realistic enough to be funny. Life is much stronger than gags. I think we were trying to build the humour into the behavioural side of their nature not in the vocabulary.

 

You can teach people to ear people.

 

ILTVSW. So you spend a lot of time walking around watching people ?
Paul Abbott. Seemingly because I seem to have absorbed quite a lot. But not litteraly picking things from real life but trying to define, for example, just something you see on someone’s face on a bus… Come on write that. Write what ? Nothing happened. But write it, write what you said. Make it come out of your fingers the way you thought it. That’s tough. But you can. And I pratice all the time.

ILTVSW. You have been writing for thirty years did you get better at it ?
Paul Abbott. Scared. Always. You can always blow it. And you can’t be brave if you aren’t scared. It still terrifies me because normally by the time I seat down to write I have sold it. To deal with it I just relish it. I got really good at this. Keep feeding yourself and don’t be rude to people, to your audience. In practicing also. It is in my nature, I am coming from a big family. I wasn’t very bright, I was just the brightest one (laughs). So you learn to keep things to yourself. And keeping things to myself made me explode. Once I learned to write, it was just like burning fuel, fantastic. And the more purely burned honestly, the more fuel, because you just get better at it. At the glue. It is not the architecture of the storytelling, I think anybody can learn storytelling but you can’t teach dialogue. You can’t teach people how to ear people. And to synthesize that for someone else. It is one thing to ear something funny and it is another thing to write it down to tell it to someone else. That is the hardest part of being a good writer.

ILTVSW. There are good days and bad days… How do you deal with that ?
Paul Abbott. Sometimes I just don’t want to do it. But usually you have been paid already so you have to (laughs). I think I have written every single days since I was fifteen. In one way or another. Stories, sketches or things for me. I have had the pleasure of selling a lot of work and see my work coming back. 80 % of what writers write never get seen. I am really fortunate.

 

If you can cut a third you can cut a third again. 

 

ILTVSW. Are you the kind of writer that writes a lot and throw a lot away ? 
Paul Abbott. Two days ago I wrote ten pages in one day. And you go : « Wow, ten pages ! » But it’s worth five at the most. A lot of writers will keep the ten. But I think you have to cut it. Tighten your voice. If you can cut a third you can cut a third again. You just keep triming and tightening your voice. There is a melody that you are trying to communicate to the audience. I think that’s a better guidance than the words. You can smell when it’s going well. I wrote a scene the other day and I said : « Wow, it is fantastic ! » I couldn’t have look vainer. But I wasn’t saying that to anybody else. It was just me. There was nobody. And I kept saying : « Good boy, good boy ! » It was a boring scene that I kind of had to write and it is now one of my favorite scenes. I did ten full drafts of episode one for No Offence. We just didn’t get it right.

ILTVSW. How do know that you are not done ?
Paul Abbott. Because it smells wrong. It just feels wrong and you don’t trust it. So you go to ten. It is one draft too far and then you pull back. I think that is really good discipline. I write about ten versions of each scene. One way or another. I may just be changing the beginning of the entire series two. I have done something wrong and I can’t work it out it is too tighly embroidered. And I go : « What if I just take the first twenty pages off the script and see what happens there ? » It makes me feel liberated. I can see what else I can come up with. I am good at invention but I don’t think enough writers edit their own work. I need editors. I trust them with my heart. But you should edit as well before it gets to them. Otherwise they are technically the writer. If they are the one doing the selective premonition to your work. A lot of lazy writers just give you a hundred pages script and say you work it out. No YOU work it out. In America, you are not allowed to deliver long. Even with a reputation if you deliver a script which is over 120 pages your agent won’t even send it. I quite like that though. I like editing myself. I don’t like to be tolded what to do even by myself. Often my people say : « Take the keyboard of him. It is finished. It’s fine. » At some point the script has to be taken from me.

 

IMG_9588

 

ILTVSW. When you look back do you have the feeling you could have done better work ?
Paul Abbott. Yeah. But surprisingly a lot of the work still stands up. Because if the writing is humanely honest it is timeless. But yeah, loads of things I could have done differently. You just keep learning by your own mistakes.

ILTVSW. What is honesty in the writing process ?
Paul Abbott. Give your enemy the best lines because then you have to write up to them and I think being honest. A lot of writers will tell a story about a woman who has been a victim of childbirth ta da da… as a victim of a childbirth but why don’t they try writing it as the midwife. Be the midwife. Give her the best lines. You writing your own story have to write up to her high calibre. And you surprise yourself by how true you can be without knowing it. There is a thing you can do. You write the worst thing that can ever be said about you and you put it in the voice of the worst person you would ever want to know that information. You don’t have to show this document to anybody else. Scare yourself. Put it away for a month. And write the answers back and you will learn to use fear like fuel. When you know that you have gotten really close to that it makes you crackle with excitment. You are testing what you are made of all the time. All the time. I have scared myself with some lines that some people have said. Writing up to it is like building muscles that you can’t lose. They can’t evaporate. Once you have done that you have become addicted to trying again. Not enough writers do that.

ILTVSW. Is it the reason why you are not a genre writer ?
Paul Abbott. Yeah. You can choose to write something next or it chooses you. When you do a lot of work you don’t have to decide what you are going to write next. I don’t know what it would feel like not to know what I would be writing next because I get too many ideas. I think the amount of power you put in being another person in a drama just makes you a much more decent human being. If you are showing mercy for the person you least like in a story you have to write it better. When I talked of knowing when things were right, you know, I love it when you have scared yourself a little bit and you have written back with absolute stamina. You might hate those pages in five days time. But you have taken your personal fears to use as tools for storytelling. Without the fear, you don’t get the good scene. I don’t mean I terrify myself all the time. But you have got to be respectfully scared of something. It took me a long time but I have learned to be respectfully scared of stories. Nothing is a given. I haven’t got a hobby. I am always writing.

Title : No Offence (2015 –    )
Creator : Paul Abbott
Cast : Joanna Scanlan, Elaine Cassidy, Alexandra Roach
Networks : Channel 4, France 2 (France)

© 2016 ILTVSW – not to be reproduced without a prior authorization from ILTVSW

Next week in ILTVSW, the French version.

ILTVSW guest stars : Eric Benzekri et Jean-Baptiste Delafon #BaronNoir

21 Fév

FRA/ENGLISH

Eric Benzekri et Jean-Baptiste Delafon signent la première série politique française. Les créateurs de Baron Noir ont accepté l’invitation de ILTVSW. De Philippe Rickwaert dépressif à Philippe Rickwaert flamboyant en passant par leur nostalgie d’un certain mâle dominant à la française, les deux auteurs se livrent dans une interview fleuve.

To my readers, exceptionally ILTVSW will only be French speaking this week. Eric Benzekri & Jean-Baptiste Delafon, the French writers & producers of the first French political drama Baron Noir for Canal Plus are the guest stars of the blog today. But as soon as next week things will be back to normal meaning French & English.

 

© Canal Plus

 

ILTVSW. Baron Noir n’est pas la série que vous aviez initialement en tête. Comment et pourquoi a-t-elle évoluée ?
Jean-Baptiste Delafon. Le projet initial était beaucoup plus existentiel. C’était une chronique portrait d’un homme politique qui n’était pas forcément flamboyant. Avec ses moments de creux. Son 15 août sinistre. On était dans quelque chose de beaucoup plus dépressif. Le personnage était déjà Rickwaert mais en plus bizarre. Il en reste beaucoup de ce personnage, d’ailleurs. Mais Canal Plus n’a pas suivi sur cette ligne-là. On nous a dit que le personnage tel qu’il existait dans la première version du pilote était assez minable, comme on peut dire que Soprano est minable, mais pour Baron Noir ce n’était pas un compliment. C’était quelque chose que la chaîne n’était pas prête à faire. Et à mon avis, ils ont eu raison. Ils ont dit : « C’est difficile de faire venir des gens sur la politique. Si en plus on fait une série politique existentielle avec une dramaturgie assez flottante, on ne passera pas. » Les chiffres montrent qu’il y a presque la moitié moins de gens qui viennent que sur Braquo parce que Baron Noir est une série politique. Malgré le casting. Canal Plus a voulu limiter le risque. Je les comprends. La politique plus la dépression, cela faisait beaucoup.

 

Nous avons passé un accord avec Canal Plus, OK on fait de la pure politique mais on surdramatise. 

 

ILTVSW. Comment travaillez-vous ensuite ?
Jean-Baptiste Delafon. La chaîne nous a demandé d’explorer une autre piste. Et si Joël ne s’était pas suicidé ? Nous avons joué le jeu et mis au coeur du récit un enjeu de mystère policier. Cela a été une catastrophe. Cela tenait en un ou deux épisodes. Et puis des tiroirs ne fermaient pas, on avait des casseroles et plus d’espace pour traiter ce que nous avions vraiment envie de traiter. Cela devenait du policier dans un milieu politique. Avec une histoire assez peu intéressante et crédible car on ne tue pas physiquement en politique aujourd’hui en France.

ILTVSW. Comment êtes-vous sortis de cette mauvaise piste ?
Jean-Baptiste Delafon. Le moment où nous nous sommes fait retoquer notre première version existentielle et minable a été très dur. Nous étions furieux. Nous voulions tout arrêter. Nous nous sommes même dit que nous allions faire autre chose. L’orgueil de l’auteur (rires). A Canal Plus, ils nous ont parlé avec beaucoup de douceur. Mais c’est vrai que ce mot minable, qui qualifiait seulement le personnage, on l’a d’abord un peu pris pour notre travail. Finalement, nous nous sommes remotivés pour l’exploration de la deuxième piste. Très vite, les plaques d’immatriculation et les caméras de surveillance nous ont déprimé, nous avons décidé d’être honnêtes et de dire qu’on ne pourrait pas écrire Baron Noir comme ça. Cela a été évident pour les équipes de Canal Plus aussi. Nous avons passé un accord : « OK, on fait de la pure politique mais on surdramatise ». On crame nos vaisseaux. Et Fabrice de la Patellière (directeur de la fiction de Canal Plus, NDLR) a évoqué la possibilité de faire une mini série. Je ne sais pas si c’était volontaire mais cela a été une manière de nous obliger à tout donner. Il y a eu une première phase d’écriture en mode mini série dans laquelle on a musclé considérablement la dramaturgie tout en restant dans une pure série politique. La politique conduisait le récit. Cela a permis de libérer le développement et nous a permis d’avancer assez vite.

 

© Canal Plus

 

 

ILTVSW. Et puis, finalement, lors du lancement de la série certains vous présentent comme le House of Cards française. Ce que n’est vraiment pas Baron Noir
Jean-Baptiste Delafon. Effectivement il n’y a pas grand chose de commun. Ni dans le traitement, ni dans la vision de la politique. Baron Noir est une série dans laquelle le militantisme existe vraiment. C’est très différent d’une partie d’échecs dans les hautes sphères. Nous, on a les pieds dans la gadoue. Nous racontons des histoires très spécifiques à la gauche française à un moment donné de l’histoire de France. Underwood est un psychopathe. Et House of Cards dans la jouissance du cynisme. Il n’y a aucun enjeu de bien public dans cette série. Le bien public est au coeur de Baron Noir. Si Philippe Rickwaert se voyait tel qu’il est réellement, il s’effondrerait. Il est mégalo dans le service du bien public, de l’intérêt collectif, du pays.

ILTVSW. Borgen est beaucoup plus proche… (Eric Benzekri se joint à l’entretien)
Jean-Baptiste Delafon. Nous n’avons jamais parlé de Borgen pendant l’écriture. D’ailleurs, pour être honnête, je n’ai vu que les trois ou quatre premiers d’épisodes et je ne suis pas entré dedans.
Eric Benzekri. Le grand point commun avec Borgen c’est qu’on est ancré vraiment dans un pays. Baron Noir est aussi très locale. Les deux séries montrent qu’il est possible de parler d’un pays en le prenant par le biais politique. Borgen parle superbement du pays et de l’Europe. Nous on voulait parler de la France. Et on a cherché longtemps… Il y a évidemment aussi une parenté avec The West Wing.

J’ai dû voir cinq fois l’intégrale de The West Wing.

ILTVSW. Il y a même deux moments où l’on croit voir un hommage à The West Wing
Eric Benzekri. Il y a une scène dans les cuisines dans The West Wing et dans Baron Noir. C’est logique quand vous discutez de politique à 4 heures du matin, vous avez faim. Très honnêtement, l’hommage est inconscient mais cette série m’a tellement marqué… Nous sommes des éponges. J’ai dû voir cinq fois l’intégrale de The West Wing.
Jean-Baptiste Delafon. Il est impossible de ne pas faire de walk and talk quand on fait une série politique. Même si The West Wing n’avait pas existé, on en ferait. C’est plus un effet de coïncidence. D’ailleurs, aborder une scène en walk and talk est un choix de réalisation. Et Ziad Doueiri, le réalisateur, lui ne connaissait rien en séries. Il était totalement vierge. Il ne s’agit donc pas d’hommages conscients.

ILTVSW. Une bonne série naît d’abord du point de vue d’un auteur. Comment conjugue-t-on les désirs de deux cerveaux ?
Jean-Baptiste Delafon. Comme dans la vie, comme dans l’amour, il faut un peu de chance. Il y a le miracle de la rencontre. Il ne faut pas minimiser cet aspect-là. Nous sommes très amis mais nous nous sommes rencontrés professionnellement d’abord. Baron Noir est le fruit d’années de siphonage et d’émulation. Le troisième Rickwaert est le premier Rickwaert épuré dans un sens. C’est-à-dire délesté de sa dépression. Mais c’est le même.
Eric Benzekri. Exactement. Il a raison.
Jean-Baptiste Delafon. Nous avons conservé l’aspect dominateur, suractif, impactant.
Eric Benzekri. L’aspect viril et sexiste aussi est resté prononcé.

 

Eric est détenteur de l’énergie de Rickwaert.

 

ILTVSW. Comment se concrétise cette fusion intellectuelle ?
Eric Benzekri. Nous sommes ensemble de 9h30 à 18h30. Nous ne faisons que parler. Nous prenons des notes aussi mais elles restent très longtemps minimalistes.
Jean-Baptiste Delafon. Chaque épisode fait ensuite l’objet d’un document point par point de trois pages maximum avant de passer à l’étape du dialogué. Ensuite nous réécrivons énormément.
Eric Benzekri. Pour nous écrire, c’est réécrire.
Jean-Baptiste Delafon. Jusqu’à vingt versions d’un épisode. Il y a même eu des refontes totales pour les épisodes quatre et six. La méthode est celle-là. Le producteur apprend à lire ces documents qui sont très minimalistes. Il se prend la tête. C’est compliqué pour lui. Chaque scène en deux lignes. Il y a une quarantaine de points par épisode. Cela nous permet d’avoir un document très maléable.
Eric Benzekri. En fait, il y a discussion permanente sur tout. Nous sommes sur tous les fronts en même temps. Dans une journée, il peut nous arriver de rester bloqués entièrement sur un point précis de mécanique. Mais, très souvent, nous faisons de la mécanique, puis nous nous concentrons sur un personnage puis nous passons encore à autre chose…
Jean-Baptiste Delafon. Nous ne décidons de rien si nous ne sommes pas tous les deux convaincus. C’est une manière de travailler très fusionnelle et en même temps nous avons nos sensibilités et nos petits avantages comparatifs.

ILTVSW. Quels sont-ils ?
Jean-Baptiste Delafon. Eric est détenteur de l’énergie de Rickwaert. De son hyper violence. Mais je l’ai canibalisé aussi. Il amène ce personnage-là. Après, il y a quelque chose qui m’est plus spécifique c’est vraiment dans l’écriture elle-même. La musicalité que j’apporte de façon un peu plus spécifique à la base. Mais là encore, il m’a énormément siphonné cela. Eric était fasciné par ce style et moi par son apport à lui. Il y a donc un mélange d’un truc très anguleux sur le personnage et d’une tonalité dans l’écriture.
Eric Benzekri. En fait, je ne pourrais pas écrire le Baron Noir avec quelqu’un d’autre. On peut nous adjoindre des auteurs, on en a besoin. Moi j’ai besoin de Jean-Baptiste pour faire du Baron Noir. Nous, on aime dire que c’est une série d’auteurs. Dès que j’ai commencé à travailler avec Jean-Baptiste je l’ai aimé en tant qu’auteur. Souvent quand on travaille une scène, il y a de la compétition et c’est super excitant. Je ne peux pas envoyer une scène moyenne à Jean-Baptiste. Nous avons une volonté d’excellence d’abord parce que nous travaillons à deux.
Jean-Baptiste Delafon. Dans la saison 1, il y a quelques scènes qui illustrent parfaitement cette compète. La scène avec François Boudard dans l’épisode un. Elle est surboostée dans le langage. C’est très extrême ce qu’ils disent.
Eric Benzekri. Oui le « Il a un dossier gros comme ma bite »…
Jean-Baptiste Delafon. Tout cela survient en fin d’écriture. Nous savons très bien que si nous étions du matin au soir sur le mode, je la ramène, cela ne fonctionnerait pas. Cela nous est arrivé de nous le dire d’ailleurs.

 

© Canal Plus

 

ILTVSW. Baron Noir est une réussite mais la série repose tellement sur Rickwaert que si vous n’aviez pas bénéficié du bon Rickwaert, elle aurait pu être totalement loupée. En avez-vous eu conscience ?
Eric Benzekri. Tout le temps, tous les jours. A l’écriture et pendant le tournage. Cela dit assez vite, nous avons senti que le fait de nous appuyer sur un personnage était le point fort de la série.
Jean-Baptiste Delafon. Notre série précédente, La Présidentielle, qui n’a pas été mise en production, était une série à deux personnages qui étaient d’ailleurs un petit peu les deux faces de Rickwaert, c’est un truc qu’on s’est dit récemment. La politique, c’est compliqué, si en plus on part sur plusieurs personnages, en huit épisodes, c’est injouable… Finalement, un seul personnage central, c’était un moindre risque. L’idée, c’était un mec qui emporte tout.

ILTVSW. Est-ce l’impuissance en politique finalement votre sujet ?
Eric Benzekri. Oui. C’est de cela dont Baron Noir parle. Impuissance sur la question européenne, sur la réforme de l’éducation, des idéaux… Tout s’écroule tout le temps.
Jean-Baptiste Delafon. Ce qui demeure c’est la dimension initiatique de la politique comme apprentissage d’un regard sur le monde, émancipation intellectuelle. Mais, aujourd’hui, on est à l’image du pays.

 

Ce qui compte, ce n’est pas le réel, c’est la crédibilité. 

 

ILTVSW. Dans la série vous mettez un nom sur un parti politique, le PS, dans quelle mesure une série politique doit-elle coller au réel pour être bonne ?
Eric Benzekri. Ce qui compte, ce n’est pas le réel, c’est la crédibilité. Il est important de nommer les choses donc c’est le parti socialiste et c’est Mediapart. Cela comptait.
Jean-Baptiste Delafon. Je pense que cette dimension documentaire sur le monde est l’une des promesses de la série contemporaine. Cette strate est nécessaire. Nous travaillons à partir de cela. Nous tentons de transcender pour mieux dire le réel. Pour comprendre le monde dans lequel nous vivons.

ILTVSW. Dans quelle mesure avez-vous eu le final cut sur la série ?
Jean-Baptiste Delafon. Le final cut était collégial.
Eric Benzekri. Si on disait non, c’était non.
Jean-Baptiste Delafon. De même que si Ziad disait non.
Eric Benzekri. Si, sur une proposition de coupe, nous disions non droit dans les yeux en étant méchants, c’était non. En fait, tout était une question de négociations entre Thomas Bourguignon (NDLR, le producteur), Ziad et Canal Plus.
Jean-Baptiste Delafon. Cela faisait du monde. Il nous est arrivé de rester sur deux répliques pendants des heures.
Eric Benzekri. Mais Baron Noir est notre série. Nous en sommes hyper fiers. Et nous l’assumons à 100 %.

ILTVSW. La réalisation est moins forte que l’écriture de la série… Confier son bébé à un réalisateur, c’est forcément impressionnant ?
Jean-Baptiste Delafon. Moi, je trouve que Ziad a réussi des trucs incroyables.
Eric Benzekri. Le mec fait les huit épisodes.
Jean-Baptiste Delafon. Nous n’avions pas le pouvoir de direction artistique. Nous avons travaillé avec un réalisateur de cinéma qui a de l’autorité et de la maturité. Nous avons donc plus travaillé en mode auteurs-réalisateur à la française. Sauf qu’on était vraiment là, qu’on a mis des limites et qu’on l’a accompagné en permanence. Pas du point de vue esthétique mais sur le sens des choses.
Eric Benzekri. C’est difficile de confier sa série à un autre mais cela s’est très bien passé. Vraiment, nous avions très très peur au début.
Jean-Baptiste Delafon. Même de Ziad sur certains aspects parce que c’est un dingue dans le bon sens du terme.
Eric Benzekri. Dans un moment de tension, il y a eu cette formule. On a dit : « Ecoute Ziad, tout ce qui est le texte est à nous, tout le reste est à toi ». Il a répondu : « Attention, ce que tu dis là, c’est très grave. C’est beaucoup tout le reste. » Moi, je pense que le reste n’est rien. Car la série, c’est la primauté à la narration. Donc, quand tu as le texte et que tu en es garant tous les jours sur le plateau, en fait, tu peux trouver de bons compromis. Moi, je ne suis pas réalisateur. Jean-Baptiste l’est plus que moi et je pense que cette transmission du bébé au réalisateur est plus difficile pour lui. Cela va le devenir pour moi maintenant.
Jean-Baptiste Delafon. Il y a vraiment une donnée qu’il faut considérer par ailleurs. La production en France est de l’artisanat total. La création ne bénéficie pas d’un outil industriel qui s’est construit depuis des décennies comme aux Etats-Unis.
Eric Benzekri. Cela dit Baron Noir est plus que notre bébé. Nous avons tout donné. Tous nos talents sont dans la série. Nous sommes capables de faire une saison 2 et une saison 3.

 

Piccoli qui clope, c’est cela qu’on veut.

 

ILTVSW. Kad Merad est formidable dans la peau de Rickwaert mais il était loin d’être un choix évident… Aviez un droit de veto sur le casting ?
Jean-Baptiste Delafon. Kad a fait des essais. Et c’était plié. Il a passé deux scènes dont celle dans laquelle il arrive à convaincre Mehdi, le leader étudiant. Moi, j’ai eu des frissons en le voyant jouer. J’ai pensé à mon père, à plein de choses. Avec Eric, nous sommes des fans de Sautet. D’un certain cinéma des années 70. Du mâle dominant à l’ancienne mais à la Française.
Eric Benzekri. Piccoli qui clope, c’est cela qu’on veut nous.
Jean-Baptiste Delafon. J’étais très angoissé le matin des essais et très heureux le soir. J’ai senti cela traverser.

ILTVSW. C’est un phénomène très minoritaire mais certaines voix reprochent à la série en dépeignant ce qu’elle dépeint de prendre le risque de faire monter le FN…
Eric Benzekri. Il y a un danger à parler de politique tout le temps puisque le FN est haut. Face à cette situation, il y a deux choix. Soit on ne parle plus de politique et on laisse la place au FN. Et donc on va passer de 20 % à 30% de 30 % à 40 % et de 40 % à 51 %, voilà. Soit on parle de la politique, on dit ce qu’elle est et on donne les prises pour changer la vision qu’on en a. Nous pensons qu’avec Baron Noir nous ne faisons pas une série qui flingue la politique. Au contraire, c’est une série qui l’humanise. A partir de là, c’est une bonne clé pour les gens qui veulent combattre le FN. Mais, nous ne faisons pas de tract.
Jean-Baptiste Delafon. La plupart des gens pensent que les hommes politiques sont pourris. Nous, on affirme qu’ils sont pourris mais pas seulement. Infuser sur le pas seulement, c’est déjà cela. Dans ce pas seulement, il y a de la sincérité, de l’humanité, de la construction intellectuelle.
Eric Benzekri. Il n’y avait pas de série politique en France. La politique était réservée aux politiques et aux journalistes politiques. Cela crée un petit choc. Les citoyens, les auteurs, les artistes doivent s’en emparer. Sinon, ce n’est pas sain. Ce n’est pas citoyen. Baron Noir permet de s’interroger autrement. Nous ce qu’on aime dans l’écriture sérielle, c’est qu’elle donne à réfléchir.

ILTVSW. Vous êtes vous posé la question de la responsabilité dans un climat où la classe politique traditionnelle souffre d’un discrédit ?
Jean-Baptiste Delafon. Il y a évidemment plein de moments où nous nous sommes pris la tête, angoissés. Evidemment, la question de la responsabilité s’est posée dans la pratique de l’écriture. L’idée de casser les urnes, de taper du pognon dans une caisse, ce n’est pas par plaisir… Il n’était pas question de décrire un monde où on a le sentiment que la justice est aux ordres de la politique totalement. Ce n’est pas vrai. Certains magistrats sont sous influence mais d’autres non.
Eric Benzekri. En fait, ce que dit la série, c’est que nous sommes dans un état de droit. Ce qui est très important. Nous n’avons jamais cessé de nous poser cette question de la responsabilité. Nous ne sommes pas des pyromanes.

© 2016 ILTVSW – La reproduction partielle ou entière de cet entretien n’est pas légale sans l’accord préalable de ILTVSW.

La semaine prochaine dans ILTVSW … Oups, pas encore tranché, désolée.

In the mood for mood 2 #Vinyl

14 Fév

FRA/ENGLISH

Let’s play the music and dance. Quoi que tu sois Vinyl, et après avoir regardé ton pilot de près de deux heures je ne suis pas vraiment fixée, tu m’as fait un truc. Des trucs, plutôt. Façon roller coaster. C’est la raison pour laquelle je ne te consacre pas un I Love TV so what pilot crush mais mon In the mood for mood #2.

1. L’excitation « avant »

L’association Scorsese-Jagger-Winter-HBO a fait du métier de critique une profession socialement acceptable. Pouvant donner lieu à des conversations comme ça :

— On te paye toujours pour regarder la télé ?
— Ouais, je crois qu’on peut le dire comme ça…
— Je ne te suis pas, là ?
— Mick Jagger, ça te dit quelque chose ?
— C’est un jeu ou quoi ?
— Scorsese ?
— Ecoute, moi j’ai un vrai boulot alors foutre en l’air mon temps libre, c’est un luxe que je n’ai pas. Et de l’argent que je n’ai pas non plus…
— Tout doux, tout doux. Disons que cette semaine, j’ai gagné ma vie en regardant le résultat de la rencontre de leurs deux cerveaux.

Là, le gars s’étrangle avec son Coca light. Et moi, je pense à Einstein & à la relativité parce que l’attente, ça fait mal.

2. Le feu d’artifice « pendant »

Les feux d’artifice rendent les gens heureux. Ce sont simplement des lumières qui explosent dans le ciel. Mais elles rendent les gens heureux. Mélange d’espoirs, de momentum & de nostalgie. L’adulte que nous sommes y  retrouve le gamin que nous avons été. Et l’idée que tout était mieux avant fait du bien et s’impose. Vinyl tu es comme un feu d’artifice. Martin Scorsese filme une époque dont il est encore fou amoureux et cite des films qu’il a vécu pour réaliser. Et que nous avons vécu pour regarder. Cela réveille en nous un sentiment de liberté depuis longtemps disparu dans une société où la rebellion consiste à ne pas mettre des photos de son plat sur son compte Instagram (Pas de jugement ici, d’ailleurs, je plaide coupable).

3. La réflexion « après »

Et puis, après le danse floor, vient le temps de la réflexion. Elle débute évidemment par la puissante performance de Bobby Cannavale dans le costard de Richie Finestra en roi de la musique à New York dans les seventies. Son ascension et son déclin sont supposés faire battre notre coeur dans le premier épisode. Et cela fonctionne brillamment la plupart du temps. Si on avait l’esprit mathématique, on dirait à 98, 7 %. Grâce à la conjugaison d’une BO mortelle et d’un humour ravageur. Mais le tout occupe 100 % de l’écran et ne laisse pas beaucoup de places aux personnages. L’ADN d’une série. Pour un gars normal, cela ne serait pas un problème. Mais Richie Finestra est en compet’ avec Draper, White ou McNulty. Et des gars comme eux sont tout sauf  normaux. J’espère que les prochains épisodes lui ouvriront les portes du club. Si cela n’est pas le cas, je continuerai à danser en regardant. Forcément séduite par tant de savoir-faire. Mais je ne pourrais pas m’empêcher de regretter la folie qui aurait pu/dû envahir l’écran…

La semaine sur ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

 

Bobby Cannavale (Richie Finestra)

 

Let’s play the music and dance. Whatever you are Vinyl, and after watching your two hours long pilot I can’t decide what this is, you did something to me. You did some things to me would be more accurate, actually. Roller coaster style. That’s why this is not an I love TV so what pilot crush but my In the mood for mood #2.

1. The « before » excitation

Really the Scorsese-Jagger-Winter-HBO teaming is the kind of stuff that makes being a TV critic socially totally OK. It goes like that :

— Still watching TV to make your living ?
— Well I guess one could say that..
— What do you mean ?
— You know Mick Jagger, right ?
— Is it a game or something ?
— Scorsese ?
— Look I have a real job and messing with my fun time is a luxury I can’t afford. Fun time is money.
— Well this week I am making my living watching the result of their two brains matching…

The guy chokes with his diet Coke. And I think of Einstein & relativity because, Man, the waiting hurts

2. The « during » fireworks feeling

Fireworks make people happy. They are just lights exploding in the sky. But they make people happy. A mix of high expectations & momentum & nostalgia. The adult we are catches up with the kid we were. And the idea that everything was better before feels good and wins. Vinyl you are fireworks like. Martin Scorsese is filming an era he is still in love with and quoting movies he has lived to make. And that we have lived too watch. Watching you awakens a freedom feeling long gone in a society were craziness is not sharing food pic on Instagram (No judging, I plead guilty).

3. The « after » questioning

And than, after the dance floor, the thinking starts. Obviously with Bobby Cannavale’s amazing performance as Richie Finestra maybe soon not anymore New York music king. His rise & his fall are what is supposed to make our hearts beat in the first episode. And most of the time it does brilliantly. That would be 98, 7 % if we had to think mathematically. A lot thanks not only to the music but to the humor. But it takes 100 % of the screen and leaves not much space to characters. A TV show DNA. That would not be a problem say for a regular guy. But Richie Finestra is competing with guys like Draper, White or McNulty. And guys like that are everything but regular. I hope that the next episodes will give him full access to that club. If they don’t I will still be watching & dancing. Because of the craft handling. But I will long for the unseen craziness that could/should have been…

Next week on ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

%d blogueurs aiment cette page :