Archive | juin, 2015

ILTVSW craque aussi pour … / also loves : The Honourable Woman

28 Juin

FRA/ENGLISH

La nuit dernière, j’ai fait un rêve étrange. J’étais avec une vieille femme qui me racontait des histoires aussi complexes que fascinantes. Des trucs sur le genre humain. Sur les choix que nous sommes contraints de faire pour rester vivants. La tentation de la faiblesse à laquelle nous devons résister. La bravoure que nous découvrons en nous lorsque des questions de vie ou de mort nous sont posées.

Et puis, je me suis réveillée. Et j’ai réalisé qu’en dépit de ce que nous raconte l’industrie hollywoodienne, trente-sept ans est loin d’être un âge canonique pour une femme. Et j’ai souri. Me souvenant du voyage incroyable que je venais de faire grâce à Nessa Stein de la série The Honourable Woman. Et de la magnifique performance de son actrice principale, Maggie Gyllenhaal, trente-sept ans, qui a offert une bonne partie d’elle-même pour devenir la femme d’affaires israélo-britannique supporter de la paix qu’elle y incarne.

Le plus souvent les histoires sont racontées pour divertir. Plus rarement, elles relèvent du champ magnétique. Tellement singulières qu’elles impriment pour longtemps notre mémoire. La série de Hugo Blick, qui débute cette semaine en France sur Canal Plus, appartient indiscutablement à la seconde catégorie. En tricotant brillamment, dans les codes du thriller, le drame personnel d’une femme et la complexité du conflit au Moyen-Orient, le créateur signe une série unique.

Série made in the UK. Magnifique et puissante. Potentiel BFFF : total. À regarder pour aimer, pour sourire, pour pleurer, pour réfléchir.

La semaine prochaine sur ILTVSW … Oups, pas encore tranché, désolée.

Maggie Gyllenhaal (Nessa Stein)

Titre/Title : The Honourable Woman
Créateur/Creator : Hugo Blick
Cast : Maggie Gyllenhaal (Nessa Stein), Andrew Buchan (Ephra Stein), Lubna Azabal (Atika Halibi)
Maths : 1 saison/Season
Chaîne/Network : BBC, Sundance / Canal Plus (France)

Last night I had a strange dream. I was chatting with an old lady. And she was telling me a complex and fascinating story. Stuff about mankind. About the choices we have to make to stay alive. The temptation of being weak individuals we need to resist to. The bravery we discover in ourselves under life and death circumstances.

And then I woke up. And I realized that despite what the Hollywood industry is telling us, 37 is far away from old for a woman. And then I smiled. Remembering myself the incredible journey I had just gone through thanks to Nessa Stein from the show The Honourable Woman. And the incredibly powerful actress Maggie Gyllenhaal, 37 years old, who gave a huge part of herself to become the bristish-israeli peacemaker and businesswoman. 

Most of the time, storytelling is entertaining. Sometimes it is magnetical. As in singular and deeply impressed in our memory. The Hugo Blick TV show starting this week on Canal Plus in France belongs to the latter category. Brilliantly weaving, in the thriller genre, the personal drama of a woman with the complexity of the Middle East conflict, the creator offers an intense TV show.

Made in the UK TV show. Beautiful and powerful. BFFF potential : total. To watch to love, to smile, to think, to cry.

Next week in ILTVSW … Oops, not decided yet, sorry.

Retrouvez ce billet dans la sélection Séries Mania

ILTVSW pilot crush : Ballers

14 Juin

FRA/ENGLISH

Le destin est un truc puissant. Depuis Eschyle, nous savons qu’il est inutile d’essayer de le contrarier. Ce qui est écrit est écrit. Fin de l’histoire. Ce soir, c’est une excellente nouvelle. Qui aurait pu prédire qu’un jour, un beau jour, deux de mes BFFF/Personnages préférés pour toute la vie les plus chers, pour qui j’ai une immense admiration et, oui, je l’avoue une égale affection, seraient réunis comme pour me satisfaire ? Vous savez comme nous sommes, nous les femmes, toujours convaincues que les hommes n’agissent qu’en fonction de nous, même si… c’est vrai mais qu’ils n’en sont simplement pas conscients au sens freudien du terme.

Donc HBO lance Ballers dimanche prochain. Ari Gold d’Entourage ne se contente donc pas de revenir en petite forme au cinéma, son esprit a réussi à s’échapper et venir hanter un stade de football à Miami. Arène dans laquelle, il est tombé sur qui ? Un autre personnage inoubliable Mr T aka coach Taylor aka Eric Taylor aka le meilleur homme bon de l’univers, de la série Friday Night Lights. Dwayne Johnson qui interprète Spencer Strasmore, ex joueur star tentant de devenir un manager à succès, fait un lien délicieux entre ces deux mondes. Homme de pouvoir qui essaye de devenir un homme tout court.

Ballers offre la vibe d’Entourage et sa comédie subversive. Les footballeurs comme les acteurs vivent dans un monde irréel tant qu’ils sont au sommet et leur atterrissage peut prendre la forme d’un cauchemar. Le show s’engouffre dans ce too much et ne se prive pas du burlesque. Mais peut-être car Peter Berg est à la réalisation, il y a de la tendresse dans la caméra qui rappelle qu’il est toujours possible pour un homme de devenir meilleur. Ou, au moins, d’être traversé par les notions de bien et de mal. « Les légendes ne prennent pas leurs retraites, elles se réinventent » dit l’affiche de la série. Un défi qui nous concerne finalement tous un jour ou l’autre. C’est peut-être la raison pour laquelle, Ballers est une promesse si tentante …

La semaine prochaine sur ILTVSW … Oups, pas encore tranché, désolée.

© HBO

TItre/Title : Ballers
Créateur/Creator : Steve Levinson
Cast : Dwayne Johnson, Omar Benson Miller, John David Washington, Rob Corddry, Troy Garity
Maths : 1 saison/season
Chaîne/Network : HBO/ OCS (France)

Destiny is powerful stuff. Since Aeschylus, we know that there is not point trying to do anything about it. Things that are meant to be are meant to be. End of the story. Tonight it’s great news, guys. What were the odds that one day, a beautiful day, two of my dearest BFFF/Best Fiction Friends Forever for who I have a tremendous admiration, and yes, an equal affection, would be united just as if it was made to please me. You know how we are, we women, always assuming that men always do everything just because of us even though it is… 100% true but they just aren’t aware of it in the freudian definition.

So HBO launching Ballers next sunday is a miracle. Ari Gold, from Entourage, is not only coming back poorly in theaters, his spirit has managed to escape and to haunt a football stadium in Miami where, guess what, he meets another unforgettable character Mr T aka coach Taylor aka Eric Taylor aka the best good man ever from Friday Night Lights. Dwayne Johnson playing Spencer Strasmore, an ex star player trying to become a successful manager, is the link between the two worlds. An ex powerful man trying to become a man.

Ballers offers the Entourage vibe and its subversive comedy. Football players are like actors, they live unreal lives as long as things works for them and when they stop, the going back trip to reality can be a nightmare. The show digs in the over the top situations this big guys are facing and burlesque is implied. But maybe because Peter Berg is in charge of the filming there is also a feeling of tenderness and very much a sense of the possibility for a man to become better. Or at least for a man to question himself about right and wrong. « Legends don’t retire, they reinvent » says the show poster. At some point, it is something that we all have to deal with. Maybe it is also the reason why that ride is such a great promise for us.

Next week on ILTVSW … Oops, not decided yet, sorry.

%d blogueurs aiment cette page :