Tag Archives: Dwayne Johnson

BFFF Weekly 68 : The big guy theory

25 Sep

FRA/ENGLISH

Cher Spencer,

Il arrive qu’une bonne nouvelle devienne une mauvaise nouvelle puis à nouveau une bonne nouvelle. Prenons, par exemple, l’addiction aux reboots des Networks. Yeaaaaaah, MacGyver revient. Le monde sera un endroit plus sûr. Nooooooon, regardez ce qu’ils ont fait de ce gars… Le monde est devenu un endroit moins joli à voir. Mais yeaaaaaah, le Peak TV ressemblera moins à l’enfer. Nous aurons plus de temps pour renifler tranquillou devant This is us, par exemple. Et nous éviterons le pop culture burn out.

Monsieur muscles, vous êtes l’une de ces bonnes nouvelles qui deviennent une mauvaise nouvelle puis à nouveau une bonne nouvelle. Et c’est la raison pour laquelle Spencer, de la série Ballers, vous êtes l’un de mes BFFF (Personnages préférés pour toute la vie).

On vous appelle toujours The Rock alors que vous êtes loin d’être au top (bonne nouvelle). D’une certaine manière, c’est extrêmement réconfortant pour une fille contrainte de se hisser haut sur la pointe des pieds pour atteindre 1, 64 mètres. Je sais, c’est mal de trouver du réconfort dans le malheur des autres. Cependant, vous, vous savez que les vrais fans ne sont pas des gens normaux (mauvaise nouvelle) ce qui explique et excuse beaucoup de choses (bonne nouvelle).

Et puis, quand vous n’êtes pas au top, vous roulez tout de même dans une voiture de luxe sous le soleil de Miami vers une maison qui ressemble à un Club Med tuné Relais & Châteaux et vos tatouages recouvrent encore votre buste bien tendu même si vous avez arrêté le sport. Alors que nous…

OK, Spence ce n’est pas facile tous les jours de pouponner des adulescents surpayés pour courir avec un ballon sur un terrain de football américain. OK, ça doit être usant d’expliquer à un gars qui pèse une demi-tonne qu’il y a plus évident qu’un lama comme animal de compagnie. Je compatis. Pourtant, j’ai une furieuse envie que les choses empirent pour vous. Depuis que j’ai fait votre connaissance, il y a presque deux saisons, j’ai une gigantesque fuite de surmoi (bonne nouvelle pour moi, mauvaise nouvelle pour vous).

Mais ce que j’aime par-dessus tout chez vous Spence, c’est le message fondamental que vous envoyez sur l’existence. Malgré le mal qui vous ronge et que vous tenez secret, malgré les emmerdements qui vous assaillent, vous demeurez, envers et contre tout, un gentleman footballeur.

La prochaine fois sur ILTVSW… Oups, pas encore tranché, désolée.

 

img_1300

Dwayne Johnson (Spencer Strasmore) © HBO

 

Titre/Title : Ballers
Créateur/Creator : Steve Levinson
Cast : Dwayne Johnson
Maths : 2 saisons/seasons
Chaîne/Network : HBO/ OCS (France)

Dear Spencer,

Sometimes a good news is a bad news and then a good news again. Let’s take the reboots networks addiction. Yeaaaaah MacGyver is back. Our world is going to be a safer place. Noooooooo look what they did to the guy, seriously the world has become a less beautiful place to look at. But yeaaaah Peak TV will be less of a hell, we will have more time to cry in front of This is Us for example. And we will avoid the pop culture burn out.

Mister big guy you are one of these good news/bad news/good news. And that’s the reason why Spencer from Ballers you are one of my BFFF (Best Fiction Friend Forever). 

They still call you The Rock eventhough your life is in a shitty place (good news). And it is very comforting for a girl who must stand on tiptoes to reach 1, 64 meters. I am very aware that it is wrong to feel better because others feel bad. But you know that true fans are not normal people, right ? (bad news) which explains et excuses a lot (good news).

Not to mention that even when you are not at the top of your game you still drive a fancy car in Miami where you live in a house that looks like a Club Med mansion 100 % furnished by Martha Stewart. Plus you do not play ball anymore but your tattoos still look good on your chest. Regular people would kill to have bad days like yours…

OK, Spence I hear you, it is hard to take good care of teen big boys overpayed to run with a ball on a football field. OK, it must be scary to explain to a defensive tackle that « no, a lama is not exactly what we call a domestic pet ». I sympathize very much with you. But I still want things to get worse. I can’t help it, ever since I met you & your teen team, I have a kind of a gigantic superego leak (good news for me, bad news for you).

Anyway, Spence what I like the most about you is the message you send to the world. Despite the pain you feel and all the shit you have to deal with, you remain against all odds a gentleman player.

Next time on ILTVSW… Oops, not decided yet, sorry.

ILTVSW pilot crush : Ballers

14 Juin

FRA/ENGLISH

Le destin est un truc puissant. Depuis Eschyle, nous savons qu’il est inutile d’essayer de le contrarier. Ce qui est écrit est écrit. Fin de l’histoire. Ce soir, c’est une excellente nouvelle. Qui aurait pu prédire qu’un jour, un beau jour, deux de mes BFFF/Personnages préférés pour toute la vie les plus chers, pour qui j’ai une immense admiration et, oui, je l’avoue une égale affection, seraient réunis comme pour me satisfaire ? Vous savez comme nous sommes, nous les femmes, toujours convaincues que les hommes n’agissent qu’en fonction de nous, même si… c’est vrai mais qu’ils n’en sont simplement pas conscients au sens freudien du terme.

Donc HBO lance Ballers dimanche prochain. Ari Gold d’Entourage ne se contente donc pas de revenir en petite forme au cinéma, son esprit a réussi à s’échapper et venir hanter un stade de football à Miami. Arène dans laquelle, il est tombé sur qui ? Un autre personnage inoubliable Mr T aka coach Taylor aka Eric Taylor aka le meilleur homme bon de l’univers, de la série Friday Night Lights. Dwayne Johnson qui interprète Spencer Strasmore, ex joueur star tentant de devenir un manager à succès, fait un lien délicieux entre ces deux mondes. Homme de pouvoir qui essaye de devenir un homme tout court.

Ballers offre la vibe d’Entourage et sa comédie subversive. Les footballeurs comme les acteurs vivent dans un monde irréel tant qu’ils sont au sommet et leur atterrissage peut prendre la forme d’un cauchemar. Le show s’engouffre dans ce too much et ne se prive pas du burlesque. Mais peut-être car Peter Berg est à la réalisation, il y a de la tendresse dans la caméra qui rappelle qu’il est toujours possible pour un homme de devenir meilleur. Ou, au moins, d’être traversé par les notions de bien et de mal. « Les légendes ne prennent pas leurs retraites, elles se réinventent » dit l’affiche de la série. Un défi qui nous concerne finalement tous un jour ou l’autre. C’est peut-être la raison pour laquelle, Ballers est une promesse si tentante …

La semaine prochaine sur ILTVSW … Oups, pas encore tranché, désolée.

© HBO

TItre/Title : Ballers
Créateur/Creator : Steve Levinson
Cast : Dwayne Johnson, Omar Benson Miller, John David Washington, Rob Corddry, Troy Garity
Maths : 1 saison/season
Chaîne/Network : HBO/ OCS (France)

Destiny is powerful stuff. Since Aeschylus, we know that there is not point trying to do anything about it. Things that are meant to be are meant to be. End of the story. Tonight it’s great news, guys. What were the odds that one day, a beautiful day, two of my dearest BFFF/Best Fiction Friends Forever for who I have a tremendous admiration, and yes, an equal affection, would be united just as if it was made to please me. You know how we are, we women, always assuming that men always do everything just because of us even though it is… 100% true but they just aren’t aware of it in the freudian definition.

So HBO launching Ballers next sunday is a miracle. Ari Gold, from Entourage, is not only coming back poorly in theaters, his spirit has managed to escape and to haunt a football stadium in Miami where, guess what, he meets another unforgettable character Mr T aka coach Taylor aka Eric Taylor aka the best good man ever from Friday Night Lights. Dwayne Johnson playing Spencer Strasmore, an ex star player trying to become a successful manager, is the link between the two worlds. An ex powerful man trying to become a man.

Ballers offers the Entourage vibe and its subversive comedy. Football players are like actors, they live unreal lives as long as things works for them and when they stop, the going back trip to reality can be a nightmare. The show digs in the over the top situations this big guys are facing and burlesque is implied. But maybe because Peter Berg is in charge of the filming there is also a feeling of tenderness and very much a sense of the possibility for a man to become better. Or at least for a man to question himself about right and wrong. « Legends don’t retire, they reinvent » says the show poster. At some point, it is something that we all have to deal with. Maybe it is also the reason why that ride is such a great promise for us.

Next week on ILTVSW … Oops, not decided yet, sorry.

%d blogueurs aiment cette page :