Archive | Trembler/Freak out RSS feed for this section

ILTVSW guest star (VO) : Hugo Blick creator of The Honorable Woman

5 Juil

Hugo Blick is the writer, director and producer of The Honorable Woman now airing in France.

ILTVSW was lucky enough to talk with the British artist about jumping from comedy to thriller, keeping the integrity of the story with a pulse of electricity and Caravaggio.

ILTVSW. The Honorable Woman is a thriller. It is a masculine genre but you went for women heroes, was it a difficult challenge ?
Hugo Blick. Traditionally thriller genre is dominated by a masculine hero and in order to succeed in which ever goal he is been given in the story he must battle all the opposition and triumph at the end like a traditional greek hero. So it was really interesting to bring a female perspective to the thriller genre because the way the female characters solve the obstacles that they have to face was very different. That provided nuance to the story and I think it helped the argument to be made.

ILTVSW. You have created incredibly powerful female characters … Writing women was it something new for you ?
Hugo Blick. At some point in the past I have written a number of comedies for women. One is just being remade now in the US by Kim Cattrall Sensitive Skin. So I have written for the female voice in the past. And then I made a piece called The Shadow Line that has a very noirish style to it and was very dominated by masculine voices. With The Honorable  Woman I was keen to marry the two experiences that I had had. One with writing for women and the other writing thriller genre. It provided an opportunity to do that.

It is all about the story and the idea

ILTVSW. Most of the time A-list writers are specialized in a genre, how do you deal with jumping from comedy to thriller?
Hugo Blick. That journey has been unusual and it’s been remarquable in my country but it really is the thing by which I am becoming interesting in. I write, direct and produce so it takes me up to three years to achieve a big project like The Honorable Woman. So it is all about the story and the idea. And if the idea is best expressed through comedy, it must be comedy because I found it the most useful tool. The issues surrounding Palestine and Israel probably could be dealt with by a comedy in some way I am sure but for me it definitely needed a drama for its structure and that’s why I went for it because it was the most efficient voice for the argument.

ILTVSW. You said that the writing part of your job was the hardest one, do you believe in learning it as a craft ?
Hugo Blick. When I started out, I had the instinct of comedy and because I had it, it gave me the opportunity to learn the craft of filmmaking. So as I grew in confidence my ability to tackle the bigger subjects that The Honorable Woman perhaps explores came with that maturity. So yes, I think you do have an opportunity to learn your craft as you go through your journey.

ILTVSW. The Honorable Woman is a very complex piece of storytelling, how do you manage not to get lost during the writing ?
Hugo Blick. I spend about four or five months thinking about the story and then I have a large white board which I nail to the wall of my office and I write down almost like it is a scientific formula the scandal that has caused the story to exist. Often scandals when they start are very simple. It is the attempt to cover up the scandal which makes the complexity. By the time I get to the cover up of the scandal is where my story begins and that is where the scripts go through and then my scripts go back through time and get to the head of the scandal and they do it by the exploration that the characters need to pursue. That’s how I find my way through the script. It is quite a complex system.

The Shadow Line

ILTVSW. Isolation seems to be a very important element in your writing …
Hugo Blick. Yes I am intrigued by that. Particularly in The Honorable Woman but it was present in The Shadow Line as well. Nessa Stein is really in shock in the first half of her story and she is completely isolated despite the world that surrounds her and its opulence. But she is in shock because of the things that happened to her in her past and then eventually half way through the show we return to her past and see what it is. So we see both mental isolation and physical isolation. That’s where I think the most intriguing exploration of characters can exist. And I think it assists me in the personification of the big story, the big issues that surround our characters are drilled into only through them. And that’s why I do it.

ILTVSW. The show has eight episodes, why did you go for this specific length ? How did you know it was the right number?
Hugo Blick. I didn’t actually. BBC was very generous and they said it could be more than six episodes and less than ten. It just came in at eight. I think it was a good length and I might look to pursue an eight parts structure in the futur. True Detective was eight parts as well. I think eight is a nice one.

On the floor, I have amnesia

ILTVSW. During the writing process do you think about the directing ?
Hugo Blick. No, I don’t. It is just about the story. However I know that by the time I put pens and paper I have already thought about the scenes and it won’t be a blueprint to myself. I kind of only work out what it is I will be wanting to shoot. So the writing is not an exploration of the shooting, I explore the idea before I write it down and than the writing down is the bit that the director will pick up.

ILTVSW. Being the writer and the director of all the episodes do you sometimes are in conflict with yourself ?
Hugo Blick. Definitely. On the floor, I have amnesia. I have forgotten the details of the script. What I know in my soul on every scene is what I said before, the pulse of electricity. One pulse of electricity travels through the all story no matter where it is and if it isn’t there a scene shouldn’t be there. The scene is only a system to travel this pulse of electricity from one side of it to the other. I don’t mind how it has traveled through performance, design, lighting … If all of that is helping then I am happy. Sometimes when I ear two actors expressing something I go : « That sounds great ! » and think it is improvised. It turns out that in fact it has been previously written and that they learned their lines and being brillant actors they appear to make it seem just as if they just thought of it.

ILTVSW. What kind of director are you ? How do you work on your set ?
Hugo Blick. I don’t rehearse at all. So I meet with the significant performers that hope to play any role and usually what I would do is just spend time with them. I see the way which they kind of function and I am thinking will that relate to the character ? If I see there will be a mariage there usually what happens is that on the set I leave the actors alone as much as possible so that they can find the rhythm of their characters for themselves. I feel that unlike wearing a character if the actors can come as close to themselves that they possibly could be on set, in fact what happens is they sort of become translucid and the character springs through them. That is a very interesting thing to witness. So what I do on set is to hopefully create an environment of complete confidence and security for the actors and their performances so that they have that confidence to pursue it. I think that shows on the screen.

Maggie Gyllenhaal & Hugo Blick

ILTVSW. How do you manage to create confidence ?
Hugo Blick. By letting them be. By not always interrupting what they are trying to explore. I think they should do what best express is the character need within a scene. As long as that need is the same that has been written so there is like a pulse of electricity that passes through a scene, and that is the sort of argument of the scene, as long as that remains the same as the script, how it is expressed can change. And the actor needs to feel that liberation and I am there to protect that pulse of electricity and to encourage the actor to tell the truth.

ILTVSW. The show is beautifully shot, how did you work it out ?
Hugo Blick. I don’t do a lot of preparation. I don’t plot out or storyboard or anything. I don’t much care to move the camera too much. I think that people in space are extremely interesting as they move through space so choosing the angle so we can witness that movement is the paramount interest to me. Why get in the way of it if the performance is really fluid and the angle to witness is really strong ? So I don’t like to intervene too much. And it gives it a certain look and a certain stability I think which I certainly enjoy.

ILTVSW. Can you tell us about your methodology ?
Hugo Blick. In a certain time in a filmaker’s life you reach a maturity of filmmaking where you kind of aren’t influenced consciously by anybody other than the story you wan’t to tell. I think I have reached that point with The Honorable Woman. However as a method of work I might start working with the composer who makes the soundtrack. I think less is much much more. Sometimes it has twelve notes and I say I will have six. For me a Bach piano aria is probably the most perfect piece of music you can ever ear because it evokes so much actually using so little. So as much as possible I like to be essential not guided with extra information. So I hope that what gives it a certain kind of beauty because I am trying to strip out what isn’t necessary.

I consider myself a filmmaker in a way that someone else might consider himself a painter

ILTVSW. The photography is very sophisticated and singular how did you come up with it ?
Hugo Blick. I believe that a frame that have darkness shows the humans where to focus, where to think. It also gives a sense of fear into a scene even if is the acting and the script aren’t directly suggesting it. To give you an influence definitely Caravaggio is one of them.

ILTVSW. You write, direct and produce, is it the only way to preserve your vision as an artist ?
Hugo Blick. Yes. I consider myself a filmmaker in a way that someone else might consider himself a painter. I just do one painting every few years. So it is more a very deeply personal relationship with the craft and medium of filmmaking that I do as opposed to the desire just to make films. I have the desire to tell a specific story which haunts me for the three years of its construction and then I have to go find another story I need to make deeply individual to me.

I

Maggie Gyllenhaal, Hugo Blick, Janet McTeer

ILTVSW. How do you get the feedback that is so precious in the creative process?
Hugo Blick. You tell your collaborators what the show is and what it is not. During the editing of the show I have a lot of feedback from all the investors, producers and executive producers that are really valuable and I love to ear them. They are incorporated because everybody is trying to make the same story. Problems emerge when everybody pretends they are making the same story but in fact they are trying to make something else. There is a lot of preparation in preproduction so that everybody who is invested in this piece of filmmaking is invested in the same story. And then it is going to be great as a collaboration.

ILTVSW. Finding a new story after such an intense and long ride must be difficult ?
Hugo Blick. I have find a new story that I am really keen to get on with. The thing that I have find unusual with The Honorable Woman is it has been an international story that on the other hand I find myself distracted by the long tale of the show. But it is a good place to be, I am not really complaining. The new story you build it up. It is a itch that just can’t be easily scratched. It is a story that has to be told. So I have to tell the next story. I am in pursuit of what that is and next week I go off to Rwanda and start to do the research on it. I kind of know what it is and look forward to starting line.

Titre : The Honorable Woman (2014)
Creator : Hugo Blick
Cast : Maggie Gyllenhaal, Stephen Rea, Andrew Buchan, Lubna Azabal, Janet McTeer.
Networks : BBC 2 & Sundance TV, Canal Plus (France)

© 2015 ILTVSW – not to be reproduced without a prior authorization from ILTVSW

Next week in ILTVSW … The French version of the interview.

ILTVSW craque aussi pour … / also loves : The Honourable Woman

28 Juin

FRA/ENGLISH

La nuit dernière, j’ai fait un rêve étrange. J’étais avec une vieille femme qui me racontait des histoires aussi complexes que fascinantes. Des trucs sur le genre humain. Sur les choix que nous sommes contraints de faire pour rester vivants. La tentation de la faiblesse à laquelle nous devons résister. La bravoure que nous découvrons en nous lorsque des questions de vie ou de mort nous sont posées.

Et puis, je me suis réveillée. Et j’ai réalisé qu’en dépit de ce que nous raconte l’industrie hollywoodienne, trente-sept ans est loin d’être un âge canonique pour une femme. Et j’ai souri. Me souvenant du voyage incroyable que je venais de faire grâce à Nessa Stein de la série The Honourable Woman. Et de la magnifique performance de son actrice principale, Maggie Gyllenhaal, trente-sept ans, qui a offert une bonne partie d’elle-même pour devenir la femme d’affaires israélo-britannique supporter de la paix qu’elle y incarne.

Le plus souvent les histoires sont racontées pour divertir. Plus rarement, elles relèvent du champ magnétique. Tellement singulières qu’elles impriment pour longtemps notre mémoire. La série de Hugo Blick, qui débute cette semaine en France sur Canal Plus, appartient indiscutablement à la seconde catégorie. En tricotant brillamment, dans les codes du thriller, le drame personnel d’une femme et la complexité du conflit au Moyen-Orient, le créateur signe une série unique.

Série made in the UK. Magnifique et puissante. Potentiel BFFF : total. À regarder pour aimer, pour sourire, pour pleurer, pour réfléchir.

La semaine prochaine sur ILTVSW … Oups, pas encore tranché, désolée.

Maggie Gyllenhaal (Nessa Stein)

Titre/Title : The Honourable Woman
Créateur/Creator : Hugo Blick
Cast : Maggie Gyllenhaal (Nessa Stein), Andrew Buchan (Ephra Stein), Lubna Azabal (Atika Halibi)
Maths : 1 saison/Season
Chaîne/Network : BBC, Sundance / Canal Plus (France)

Last night I had a strange dream. I was chatting with an old lady. And she was telling me a complex and fascinating story. Stuff about mankind. About the choices we have to make to stay alive. The temptation of being weak individuals we need to resist to. The bravery we discover in ourselves under life and death circumstances.

And then I woke up. And I realized that despite what the Hollywood industry is telling us, 37 is far away from old for a woman. And then I smiled. Remembering myself the incredible journey I had just gone through thanks to Nessa Stein from the show The Honourable Woman. And the incredibly powerful actress Maggie Gyllenhaal, 37 years old, who gave a huge part of herself to become the bristish-israeli peacemaker and businesswoman. 

Most of the time, storytelling is entertaining. Sometimes it is magnetical. As in singular and deeply impressed in our memory. The Hugo Blick TV show starting this week on Canal Plus in France belongs to the latter category. Brilliantly weaving, in the thriller genre, the personal drama of a woman with the complexity of the Middle East conflict, the creator offers an intense TV show.

Made in the UK TV show. Beautiful and powerful. BFFF potential : total. To watch to love, to smile, to think, to cry.

Next week in ILTVSW … Oops, not decided yet, sorry.

Retrouvez ce billet dans la sélection Séries Mania

ILTVSW pilot LOL : Sense8

31 Mai

FRA/ENGLISH

5 juillet 2005. Le monde commence à chanter avec Michael Jackson : « Heal the world. Make it a better place. For you and for me. And the entire human race. There are people dying. If you care enough for the living. Make a little space. Make a better place ».

5 juin 2015. Le monde va-t-il se mettre à regarder Sense8 ? La dernière-née de Netflix. Une série clairement conçue pour que nous communions tous ensemble et toute la nuit devant notre petit écran. D’où que nous venions. Qui que nous soyons. Blanc ou noir. Fille ou gars. Plutôt Jésus ou plutôt Kant. Mojitos ou Pina Coladas. Bref.

La nouvelle production de Netflix a aussi pour objet sur le genre humain. Même si son point de vue est bien plus sombre. Ça, c’est parce que le géant du streaming connait Aristote, la dramaturgie et croit nous connaître, nous (data). « L’enjeu d’un drama, c’est le conflit, littéralement, bébé ! et les êtres humains adoooooooorent quand tout va mal » (surtout quand cela ne les touche pas et, en ce qui me concerne, tant que personne ne s’approche de mon Nutella). Dans Sense8 huit d’entre nous, venant du monde entier (ah … popularité sans frontières), constatent simultanément que la vie n’est pas facile. En d’autres termes, expérimentent la mondialisation personnellement.

Hum, intéressant. Pas assez. La série devait être sexy (oui, ok, c’est très subjectif). Donc Netflix était fière d’associer le projet aux Wachowskis – Matrix – et à l’auteur de science-fiction J. Michael Straczynski. Énorme. Logique, donc, que l’ensemble ait l’esthétique d’un blockbuster. Et puis … tadaa. Pas grand chose. Je ne fais pas, ici, référence à la lenteur de Sense8. Lent peut être synonyme de chef-d’oeuvre. Ceux d’entre nous qui ne se remettent pas de la fin de Mad Men peuvent aujourd’hui écrire des thèses sur les séries et le rythme.

La faiblesse de Sense8 réside dans les grandes attentes qu’elle suscite et les personnages déjà vus qu’elle met en scène. Des figures ultra stéréotypées. Clichés. Le genre que l’on trouve d’habitude dans les soap operas qui ronronnent l’après-midi. Ça pourrait être Ok. Il arrive que même nous, Français, apprécions un hot-dog acheté dans la rue. Mais jamais quand le vendeur nous affirme que c’est du foie gras.

Pour ceux d’entre vous qui sourient en pensant : la fille qui écrit ce billet est la même fille qui cite de mémoire les paroles de « Heal the world », c’est vrai. Cela admis, et avant d’entamer ma pénitence, je tiens à apporter deux petites précisions. 1. Michael Jackson a eu sa propre intention artistique ce qui n’est pas encore flagrant chez Netflix. 2. Allez écouter la chanson (ici) et essayez de l’oublier ensuite (smiley).

La semaine prochaine sur ILTVSW … Oups, pas encore tranché, désolée.

© Netflix

© Netflix

Titre/Title: Sense8 (12 épisodes)
Créateurs: Lana Wachowski, Andy Wachowski, J. Michael Straczynski
Cast: Jamie Clayton, Ami Ameen, Doona Bae, Tina Desai, Terrence Mann, Tuppence Middleton, Max Riemelt, Miguel Angel Silvestre, Brian J. Smith, Daryl Hannah, Naveen Andrews.
Chaîne/Network: Netflix

July 5th, 2005. The world started to sing with Michael Jackson : « Heal the world. Make it a better place. For you and for me. And the entire human race. There are people dying. If you care enough for the living. Make a little space. Make a better place ».

June 5th, 2015. Will the world start to watch Sense8 ? The last Netflix’s newborn. A show clearly designed for us to be together all night long in front of our little screens. From wherever we are. Black or white. Girls or boys. Into Jesus or into Kant. Mojitos or Pina coladas. Whatever. 

Netflix’s new series is also all about human race. Even though the point of view is way darker. That’s because the streaming giant knows about Aristotle & storytelling & thinks to know about us (data). Meaning : « Babe, writing is literally all about conflict ! and human beings loooooove when things go bad » (as long as they are not involved and, for me personally, nobody is tasting my Nutella). 

So in Sense8 there are 8 of us coming from all around the world (convenient aka worldwide massive appeal) sharing the common experience of life not being easy with their senses. In other words, globalization becoming a personal matter. 

Hum, interesting. Not enough. The show had to be sexy (yes, highly subjective matter). So Netflix decided to pair The Wachowskis – yes from Matrix – and the science-fiction writer J. Michael Straczynski. Huge. Not surprisingly the all thing is shot in a blockbuster way. And then … tadaa. Not much. Not even mentioning here the slowness of Sense8. Slow can be masterpiece. Those of us who are still devastated by the end of Mad Men can write a thesis about TV shows and pace. The real weakness of Sense8 is about high expectations and TV as usual characters. Highly stereotyped characters. Clichés characters. As in afternoon’s soap opera characters. Which could be Ok. Even fine. Sometimes even we, French people, enjoy a street hot-dog. But never when it is sold to us as if it was foie gras. 

For those of you smiling and thinking, the girl who is writing this post is the same girl still remembering the lyrics of « Heal the world », that’s true. But I have an explanation to that : 1. Obviously, Michael Jackson had his own artistic ambition which is still unclear in the case of Netflix. 2. Go listen to this song (here) and then try to forget it (smiley).

Next week in ILTVSW. Oops, not decided yet, sorry.

ILTVSW guest stars: Marc Herpoux et Hervé Hadmar, les co-créateurs des Témoins

22 Mar

FRA/ENGLISH

Marc Herpoux et Hervé Hadmar, co-créateurs de la série Les Témoins, ont accepté l’invitation de ILTVSW à l’occasion de son lancement sur France 2. De la naissance de leur dernier projet, à leur regard sur le travail, en passant par leur héroïne féminine jusqu’à la réalité de la création en France aujourd’hui, ils se livrent dans une interview franche et fleuve.

To my readers, exceptionally ILTVSW will only be French speaking this week. The French creators Marc Herpoux et Hervé Hadmar, of the TV show Les Témoins, (France 2) a cop procedural thriller questioning the principle of the ideal family, are the guest stars of the blog today. But as soon as next week things will be back to normal meaning French & English.

ILTVSW. Vous êtes aujourd’hui des auteurs reconnus à la fois par la critique et le public sériephile. Une série Hadmar-Herpoux n’est donc plus une surprise, c’est un événement. Comment travaille-t-on quand tout le monde vous attend ?
Marc Herpoux. La préoccupation première est de ne pas se répéter. Avec Les Oubliées et Signature nous étions allés vers ce que nous savions faire. C’est-à-dire une proposition contemplative. Nous partageons tous les deux le goût pour les atmosphères, les climats, la plongée dans la tête d’un personnage puis son exploration. D’abord, je ne sais pas si on nous laisserait encore faire ce type de travail. Par ailleurs, nous n’avons pas envie de nous répéter comme certains auteurs qui au bout du quatrième, cinquième ou sixième film continuent à ne faire que ce qu’ils maîtrisent. Nous avons envie de nous mettre en danger. De nous créer des challenges. Avec Les Témoins le challenge était d’aller vers un genre plus populaire tout en restant dans notre univers que je définirais par le conte. Nous n’irons jamais vers des choses hyper réalistes car cela ne nous ressemblerait plus.
Hervé Hadmar. Nous essayons de surprendre à chaque fois. Nous ne sommes jamais tout à fait là où l’on nous attend. Avec Pigalle, on devient un vrai duo. La série est un succès public et un succès critique. Vient ensuite Signature. Énormément de gens s’attendaient à la suite de Pigalle. Or nous n’avons pas refait un Pigalle qui se passerait à Montparnasse ou à Belleville, ou une autre série chorale sur un ton qui pourrait mélanger le drame et la comédie. Nous sommes allés vers un truc hyper contemplatif. Certains ont détesté. D’autres ont adoré. Avec Les Témoins, les gens attendaient un Les Oubliées bis au pays de Signature. Nous nous avons décidé d’aller ailleurs. Dès le départ nous avons demandé à France 2 si elle était d’accord pour que nous fassions une série qui partait du procédural pour entrer petit à petit dans notre univers.

 

Aujourd’hui en France, on ne peut pas créer si l’on va contre le système

 

ILTVSW. La chaîne ne vous a jamais demandé de ne pas refaire Signature c’est-à-dire une série d’auteur forcément plus clivante car par nature une série de niche. Ce discours n’existe pas chez les décideurs à la TV française aujourd’hui ?
H.H. Il faut jouer avec le système. Ce qui est vrai, c’est qu’aujourd’hui en France, tu ne peux pas créer si tu vas contre le système. Voilà. Il faut y rentrer et le détourner. Mais en conscience des uns et des autres. Il ne s’agit pas de faire contre France 2. On a fait avec France 2. Dans l’écriture, dans le montage … Et, eux aussi, ils ont fait un bout de chemin. Ils ont accepté ce pitch qui n’est quand même pas évident pour France Télévisions : des corps qu’on déterre et que l’on installe dans des maisons témoins. Ce n’était pas évident. On peut créer si on les respecte. Et moi, je respecte les gens qui mettent beaucoup d’argent pour faire des séries. Ce n’est pas une phrase en l’air. Nous sommes pas arrivés en disant que nous voulions refaire Signature car nous savions qu’ils n’accepteraient pas. Depuis longtemps à la vision de certaines séries procédurales et des films de David Fincher comme The Girl with the Dragon Tattoo ou Zodiac, j’avais envie de faire une série très dialoguée. Une série avec des phrases qui résument très bien l’enquête policière. La volonté était de respecter tout à fait les code du procédural, d’aller vers le grand public, de le prendre par la main et de glisser petit à petit. Un processus de glissement que l’on met en pratique depuis Les Oubliées, finalement.

ILTVSW. Pour la première fois, vous avez développé un double personnage principal. Il y a une égalité parfaite entre Sandra et Paul. Pourquoi avoir fait ce choix ? Et qu’elles ont été ses conséquences sur votre travail ?
M.H. Ce n’est pas venu tout de suite. Au départ, n’existait que le personnage de Paul. Mais, chassez le naturel, il revient au galop, à force d’être au plus près de lui, nous avons commencé à reproduire ce que nous avions déjà fait. Sandra existait mais elle était un personnage secondaire. Après six ou huit mois d’écriture, nous nous sommes faits violence, nous sommes repartis dans une autre direction.
H.H. Nous étions dans la tête de Paul Maisonneuve. Le danger aurait été de foncer là-dedans et de retomber dans les mêmes pièges. A un moment donné, la chaîne nous aurait certainement demandé de rendre moins noir ce personnage. Du coup, la solution a été de changer le point de vue. Les sources de ce projet sont des séries comme The Killing, Bron, The Fall

 

© France 2

 

ILTVSW. Et vos références pour construire Sandra, l’héroïne féminine ?
H.H. Carrie Mathison de Homeland parce qu’elle est en guerre avec tout le monde. J’aime bien les personnages qui sont en guerre avec tout le monde. Et ça va être plus visible et lisible dans la saison 2 pour laquelle nous sommes en pleine écriture.
M.H. Sarah Lund parce que sa vie de flic finit par empiéter sur sa vie privée et, du coup, c’est un personnage qui a de plus en plus de mal à s’intégrer socialement. C’est ce que l’on retrouve aussi dans Homeland mais autrement.

ILTVSW. L’existence de Sandra est quand même très conforme à l’idée que tout le monde se fait de la vie d’une femme …
H.H. Je ne trouve pas que les problèmes conjugaux soient ce qui caractérise le plus Sandra. C’est vrai qu’on a déjà vu ça un milliard de fois. Nous lui avons apporté ses peurs et ses souffrances d’enfance. La question que vous posez est le sujet, le vrai sujet. Quel regard porte-t-elle sur son rôle d’épouse, de mère, de femme et sur sa famille. Au fond la question que pose la série est : est-ce que la famille idéale existe ? Sandra a l’impression qu’elle a une famille idéale. Elle se comporte dans un stéréotype totalement assumé de sa part de femme qui met des talons hauts pour être une flic, de femme qui fait le ménage chez elle jusqu’à l’obsession pour avoir un intérieur idéal. Elle a le fantasme de penser qu’elle est une femme idéale, une épouse idéale qui a un mari idéal et une petite fille idéale. Ce n’est pas du tout le cas. Cela commence à se craqueler dans la première  saison et cela va exploser dans la deuxième.
M.H. Au départ quand on écrivait avec le point de vue de Paul Maisonneuve, on s’éloignait totalement de ce qui était la normalité. Or le principe était de questionner la normalité à travers la famille puisque c’était ça, la thématique de la série. Mais avec Paul, on avait un personnage qui était déjà hors du temps, hors du monde, sans famille, qui posait un regard extérieur sur le sujet. Cela ne collait pas. On allait dans une forme de folie. Donc, nous avons choisi Sandra, un personnage plus normal. Oui, on peut dire c’est un personnage un peu plus France 2 car elle est normale au sens de la norme. Elle répond à la norme. Nous avons voulu craqueler la norme et l’obliger à la questionner. On ne peut donc pas dire que France 2, nous aurait ramené à la norme car la chaîne a accepté notre démarche.

 

Marie Dominer dans Les Témoins © France 2

 

ILTVSW. Les Témoins se caractérisent par l’abondance de dialogues très didactiques qui vampirisent la poésie de la série …
H.H. En conscience, nous nous sommes dits qu’il fallait que le début de l’épisode 3, donc le début de la deuxième soirée, soit comme une répétition du début de l’épisode 1 car 30% des gens n’auraient pas vu les deux premiers. Il fallait donc faire un résumé de l’enquête. Nous avons écrit dix minutes pour que ces nouveaux téléspectateurs puissent apprécier la série.
M.H. Cela a été voulu par nous et non demandé par la chaîne. Il y a même des moments où nous avons dû insister pour conserver ces dialogues. Nous n’avons pas travaillé en nous demandant: « Voyons voir comment font Les experts ou NCIS ? ». Dès le départ, nous avons construit une intrigue complexe pour aller l’encontre de ce que nous avions fait avec Les Oubliées qui racontait une enquête qui piétine car son personnage principal est un type qui va devenir fou pour résoudre l’affaire. Avec Les Témoins, notre grande peur était que le spectateur se perde dans une enquête très compliquée qui devient même assez barrée à partir des épisodes 3 et 4. Nous avons fait le choix de ne pas perdre le téléspectateur et c’était une promesse que nous avions faites à France 2 comme à nous-mêmes. Nous avons donc décidé de nous débarrasser de toutes les questions dans les dialogues.

ILTVSW. Avec les contraintes propres au procédural, ne vous êtes vous jamais sentis à l’étroit dans six épisodes?
M.H. A un moment, c’est venu très très tard, nous nous sommes dits que l’enquête avait un petit peu bouffé les personnages. Cela dit, nous n’avons pas fait une série parfaite. On va même aller au bout de ce raisonnement. Moi, j’ai des remarques à faire sur toutes mes séries. Dans Les Oubliées chaque épisode n’était pas assez bien locké. Pigalle n’était pas parfaite non plus. Et là, pour le coup, Canal Plus a sa part de responsabilité et quand une chaîne a sa part de responsabilité, je le dis. Comme par hasard, c’est Canal la chaîne des auteurs qui a sa part de responsabilité et pas France 2 la chaîne publique qui, dit-on, censure tout le monde … J’aime bien aller à contre-courant des idées reçues et je fais ici appel à du vécu. Pigalle était au départ une série chorale. Elle est devenue un thriller dans lequel un frère cherche sa sœur. Cette évolution a été voulue par Canal Plus et cela me fait chier car c’est déséquilibré et cela ne fonctionne pas. Sur Signature, il y a aussi un déséquilibre dans la relation entre deux personnages Daphné et Toman. Pour le coup, là, c’est de notre faute.
H.H. Pour la saison 2 des Témoins ont essaye de mieux équilibrer les personnages versus l’enquête. Cela sera léger. Par moment, je suis frustré par la saison 1 car il manque deux, trois, quatre scènes qui sortent de l’enquête et nous permettent de mieux rentrer au cœur des personnages.
M.H. D’ailleurs, on aimerait aller vers huit épisodes si France 2 l’accepte. Cela nous permettra d’avoir une enquête plus complexe encore.
H.H. Cela dit,  je pense qu’en six épisodes, on a tout a fait le temps de faire une série procédurale qui développe de très beaux personnages. A aucun moment, nous ne sommes allés voir la chaîne pour savoir si nous ne pouvions pas faire huit épisodes. Je pense qu’on y est arrivé avec Les Témoins. Maintenant, est-ce que nous aurions pu mieux faire ? Oui sans doute. Au montage, on réalise qu’il n’y a peut-être pas assez de petits moments de vie car le scénario était hyper dense parce que nous voulions une narration basée sur les rebondissements. Cela dit, paradoxalement, c’est la série ce qui se vend partout.

 

Une forme est censurée sur toutes les chaînes françaises, c’est le minimalisme

 

ILTVSW. La réalisation semble plus libre que l’écriture …
H.H. Nous n’avons pas été plus bridés sur l’écriture que sur la réalisation. A aucun moment, nous n’avons fait de concessions. Je n’ai jamais ressenti sur aucune de mes séries un interventionnisme sur la réalisation. Nous nous positionnons comme showrunners donc c’est très clair dès le départ, personne ne vient m’emmerder dans la salle de montage. Cela dit, Les Témoins sont très bien réalisés mais je ne révolutionne rien. Je pense que la télévision française a besoin de direction artistique. C’est un poste qui n’existe pas en France. C’est pourtant un rôle primordial qui permet d’arriver à une direction artistique globale. Mais il faut qu’un artiste s’en charge pas un producteur.
M.H. Je voudrais ajouter qu’il y a une forme aujourd’hui à la télé qui est censurée sur à peu près toutes les chaînes y compris Arte, c’est le minimalisme. Il est impossible de vendre une série comme Rectify en France. C’est important parce que cela implique un certain ton, une certaine couleur qui fait partie de la mise en scène qu’il est impossible de développer en France. Je dirais que, même dans des séries à personnages, quand tu commences à t’installer pendant 3 ou 4 minutes, cela déplaît immédiatement aux conseillers de programme qui ont la sensation que les gens vont zapper.

ILTVSW. La fameuse peur du vide …
H.H. L’un des plus grands problèmes de la télévision aujourd’hui, c’est la peur du silence. Or pour mieux entendre un bruit, il faut qu’il soit précédé par du silence. Au fond, c’est la peur du vide.
M.H. C’est un problème propre à notre culture commerciale. Prenons la musique par exemple, on est dans du bruit tout le temps. Dans les comédies commerciales, il faut que cela rie toutes les trois minutes. On ne pourrait plus faire du Tati aujourd’hui. A la télé, il y a malheureusement très peu de choses non commerciales aujourd’hui. C’est du bruit, du bruit, du bruit …
H.H. Au début des Témoins, nous nous sommes dits qu’au lieu de travailler le vide, nous allions le remplir. Et la question était évidemment de savoir jusqu’où nous pouvions le remplir dans notre univers à nous sans le trahir.

ILTVSW. Vous vous êtes donc mis au procédural pour la première fois, vous êtes vous fait peur ?
H.H. C’est dangereux. Bien sûr que l’on s’est fait peur. La première fois que j’ai vu le premier montage de la série, je l’ai trouvé nul à chier. Je n’aimais pas du tout les dix premières minutes. On a tout recommencé car c’était justement encore plus efficace.
M.H. Même quelqu’un d’aussi talentueux que Eric Demarsan a été obligé de repenser la musique tellement c’était décalé.
H.H. Eric avait écrit une musique comme d’habitude c’est-à-dire comme sur Signature ou Pigalle sur scénario. Nous avons enregistré avec un orchestre et lorsque nous avons posé la musique au montage, cela n’a pas marché. Il y avait deux temporalité différentes. Eric avait continué d’écrire dans notre espace temps à nous alors que nous, nous avions glissé dans un autre. Donc, il a fallu recomposer toute la musique et j’ai un producteur qui a accepté de le faire.

 

Sami Bouajila dans Signature © France 2

 

ILTVSW. Cette prise de conscience que vous êtes à côté de votre série, comment se passe-t-elle ?
H.H. Je ne me reconnais pas assez. C’est trop mécanique. On parle ici de demie secondes par plan. Mais cela change tout. Nous avons mis énormément de temps à régler le premier épisode. Il fallait qu’il soit le plus efficace possible mais qu’il y ait résolument des traces de notre univers. Je pense à la fin du premier épisode et l’apparition du petit chaperon rouge, notamment. Cela a été très compliqué à faire. Quand on regarde la série l’espace temps du sixième épisode n’a rien à voir avec celui du premier. Il fallait anticiper cela. Je pense d’ailleurs que les deux derniers épisodes auront beaucoup moins de succès que les quatre premiers. Mais c’est voulu, c’est assumé. Nous avions envie de cette progression.
M.H. Quand on parle de mise en scène ou de scénario, on renvoie souvent à la dimension picturale et littéraire. Et, en fait, je pense que ce qui fait le lien entre le métier de scénariste et celui de metteur en scène, c’est la musique. Je pense que l’art qui se rapproche le plus du travail de quelqu’un qui fait du cinéma, c’est la musique parce que la création audiovisuelle est un art du temps. Contrairement à la peinture ou la littérature, nous sommes prisonniers du temps. Un lecteur lit en fonction de son rythme. On peut rester deux secondes ou une heure devant un tableau. La musique et le cinéma contraignent le spectateur. C’est d’ailleurs bien pour cela que les chaînes ont si peur du silence et du minimalisme. Elles sont effrayées par les temps faibles, le vide. Le surréalisme par petites touches, ça passe parce que cela permet au téléspectateur de rêver même si l’on ne peut pas faire du Lynch.

ILTVSW. Le rôle d’une chaîne publique n’est-il pas aussi de défendre l’importance culturelle de savoir s’arrêter?
M.H. Évidemment. Bien sûr. C’est dommage qu’ils ne le fassent pas. Je ne suis pas dans l’angélisme.
H.H. Si cela pouvait exister à la télévision française, ça devrait exister d’abord sur le service public. C’est que nous avions modestement essayé de faire avec Signature.
M.H. Comme avec Les Oubliées et ils nous avaient autorisé à le faire … Cela a correspondu à un moment. Aujourd’hui, ce n’est pas l’air du temps. Il y a des peurs, de crispations politiques. Quand tout le monde a peur, plus personne ne prend de risques.
H.H. La musique est ma vraie passion. Je me suis remis aux vinyles. L’année dernière, j’en achète un parce que la pochette me plaisait. Je l’écoute et il devient l’un de mes disques préférés. A tel point que je décide six mois plus tard de me l’acheter en mp3. Je l’écoute et je m’aperçois que depuis six mois, je me trompe de vitesse. C’est un 45 tours que j’écoute en 33 donc c’est très lent, il y a des silences. Et je réalise que c’est cela qui me plait. A la vitesse normale, c’est nul. C’est drôle, non?

 

IMG_5593

Thierry Lhermitte dans Les Témoins © France 2

 

ILTVSW. Est ce que cette obsession pour le bruit que cristallise la télé n’illustre pas le temps de penser que l’on ne nous laisse plus ? Penser serait considéré comme inutile voire dangereux ?
M.H. Ce n’est pas moi qui vais dire le contraire.
H.H. Moi, je pense que c’est moins organisé que cela mais le résultat est le même. Nous sommes dans une société qui devient folle. Quand quelqu’un t’envoie un mail, si tu n’as pas répondu dans la demi-heure, c’est le drame. Dans les bureaux où j’écris, je n’ai même pas Internet sinon je deviens fou. La narration, la fabrication des séries est devenue comme celles des films dans lesquels il y a une accélération sans fin des effets spéciaux, des explosions, de trucs, des machins mais dans lesquels on ne développe plus les personnages. Jusqu’où va-t-on aller ? Évidemment que c’est problématique.

ILTVSW. Cela signifie que pour arriver à créer aujourd’hui en France il faut l’accepter?
M.H. C’est compliqué, c’est une guerre. C’est une vraie question.
H.H. Non, il y a plein de gens qui ne l’acceptent pas. C’est possible en peinture, en musique avec les home studios, en sculpture. Tu peux faire de très belles bandes dessinées et, sans doute, écrire des romans, aussi. Une série coûte huit à dix millions d’euros et elle est acheté par des gens qui, en gros, te sortent des études, c’est évidemment compliqué. J’aimerais beaucoup que le service public permette davantage ce type de projets mais on est quand même dans un système qui permet de temps en temps de faire des choses. Faut-il s’en contenter ? Non. Il faut évidemment se battre pour améliorer la situation. Malgré la suppression de la publicité, les décideurs restent conditionnés par l’audience. C’est de l’argent public et ils considèrent qu’il doit servir le plus grand nombre. C’est leur logique.

Titre: Les Témoins
Créateurs: Marc Herpoux et Hervé Hadmar
Cast: Marie Dompnier, Catherine Mouchet, Roxane Duran, Thierry Lhermitte, Laurent Lucas, Mehdi Nebbou, Jan Hammenecker.
Diffuseur: France 2

© 2015 ILTVSW – La reproduction partielle ou entière de cet entretien n’est pas légale sans l’accord préalable de ILTVSW.

La semaine prochaine dans ILTVSW … Oups, pas encore tranché, désolée.

ILTVSW pilot crush : Bloodline

15 Mar

FRA/ENGLISH

Certains affirment que les auteurs racontent toujours la même histoire. Obsédés par l’obsession de leur vie. La série Bloodline, lancée par Netflix le 20 mars, ne fournira pas d’argument à ceux qui pensent le contraire. Les frères Kessler et leur vieux complice d’écriture Daniel Zelman se demandent une nouvelle fois dans leur série : qui est le coupable ? en entraînant le téléspectateur dans un thriller à la temporalité explosée. Comme dans Damages, il y aura du sang, beaucoup de secrets … et vous et moi, nous demandant constamment : « Attends, elle a fait ça ? » « Non, c’est pas possible, pas lui, pas ça ! » À cause des bonds dans le temps qu’ils utilisent de nouveau pour raconter leur histoire. Mais, cette fois-ci, leur arène n’est pas un cabinet d’avocat, leur arène est la famille. Une famille. Les Rayburn.

Certains ne le disent pas mais le pensent très fort, nous, les téléspectateurs regardons encore et toujours les mêmes histoires. Obsédés par les enjeux universels que sont l’amour, la haine, la confiance, la trahison. Et le coach Taylor. C’est ce qui a probablement décidé les créateurs de la série à offrir à Kyle Chandler le rôle de John Rayburn. Shérif local et fils bien-aimé d’une famille qui possède un bout de paradis dans les Keys, en Floride. Dès les premiers instants, sa voix, au timbre chaleureusement caractéristique, nous donne l’agréable sensation, et l’espoir fou, de voir Mr T revenir. Les auteurs, ces coquins, ont rendu John Rayburn très semblable. Enfin, presque. Enfin, pas tout à fait. Trop tard, on est piégé !

En fait, John Rayburn serait plutôt un cousin de Eric Taylor. Le même genre de gars qui prend bien soin de sa famille. Mais comme sa famille doit faire face à des problèmes qui rappellent une autre partie du Texas, Dallas plus que Dillon, le couz’ prend finalement de mauvaises décisions. Comme si dans le monde des Kessler/Zelman un brave homme ne pouvait pas demeurer fidèle à sa ligne de conduite. Malgré son motto : Clear eyes, Full hearts, Can’t lose.

Et nous, nous plongeons dans Bloodline pour les mêmes raisons que nous regardions Friday Night Lights. La série nous rappelle combien nous ne sommes rien sans les autres. Mais adopte, pour le faire, un point de vue sombre. En nous montrant ce qui arrive quand une communauté est dysfonctionnelle. Les Rayburn peuvent bien vivre sur une île magnifique. Ils peuvent bien avoir beaucoup plus que Tami et Eric Taylor. Mais leur bout de paradis est pourri de l’intérieur. Il est aisé de deviner que ça n’a pas dû rigoler beaucoup à la table du dîner. Et que les amis des enfants n’étaient pas franchement bienvenus. Sombre endroit que le foyer des Rayburn.

Alors qu’il était extrêmement divertissant de regarder la brillante et folle avocate Patty Hewes détruire ses adversaires dans Damages, j’ai le sentiment que mon crush ne pourrait n’être que furtif pour Bloodline. Dans le monde fou d’aujourd’hui, la famille est l’ultime refuge. Et les personnages dans Bloodline, ressemblent tellement à cette part de nous-mêmes que nous n’aimons pas et passons notre temps à combattre qu’ils ne nous offrent pas la distance distrayante que nous procuraient le méchant JR ou la naïve Sue Ellen. Ils sont si basiquement faibles, médiocres ou bousillés qu’on ne peut pas exclure qu’ils fassent naître, chez certains d’entre nous, une énorme envie de (re) commencer FNL.

La semaine prochaine sur ILTVSW … Oups, pas encore tranché, désolée.

 

© Netflix

© Netflix

 

Titre/Title : Bloodline
Créateurs/Creators : Glenn Kessler, Todd Kessler, Daniel Zelman
Cast : Kyle Chandler, Ben Mendelsohn, Linda Cardellini, Sam Shepard, Sissy Spacek, Chloë Sevigny.
Maths : 1 saison/season
Chaîne/Network : Netflix

They say writers keep telling the same story over and over again. Obsessed by their lifetime’s obsession. Bloodline, debuting March 20 on Netflix, will not prove wrong those who think that way. The Kessler brothers with their longtime writing buddy Daniel Zelman are doing a whodunit back and forth thriller again. Like in their previous show Damages there will be blood, a lot of secrets and you and me constantly wondering : « Wait, she did that ? » « No, come on, he did not ! » Because of the flash forward mode of story telling they are using again. But this time their arena is not the workplace. Their arena is the family. A family. The Rayburn family.

They don’t say but they know that, we, viewers keep watching the same stories over and over again. Obsessed by universal issues such as love, hate, trust, betrayal. And coach Taylor. That’s probably what led the creators to cast Kyle Chandler for the part of John Rayburn. Local sheriff and beloved son of a family that owns a piece of paradise in the Florida keys. From the very beginning of the show, we have the comfort feeling, and the foolish hope, that we are going to get the chance to spend time again with mister T. The writers have made John Rayburn very much coach Taylor-ish. Almost. Not really. Too late, we are hooked.

In fact, John Rayburn is more of a cousin of Eric Taylor. The same type of guy who takes good care of his family. But because of family’s issues that remind us of another part of Texas, Dallas much more than Dillon, he finally makes wrong decisions. Just as if in the Kessler/Zelman’s world a good man couldn’t win not even when he has clear eyes, a full heart and is convinced that he can’t lose.

And we watch Bloodline for the exact same reason we watched Friday Night Lights. It reminds us how important it is to count on each other. But it does it in a dark way. Showing us what happens when the community is dysfunctional. The Rayburn may live on a beautiful island. They may have a lot more money than Eric and Tami Taylor. But their piece of paradise is rotten from the inside. We can easily guess that there were no happy family dinners when the siblings were kids. The door wasn’t probably open to their friends. The Rayburn household was a dark place.

As much as it was fun to follow crazy and brilliant Patty Hewes, the devilish lawyer, destroying her opponents in Damages, we have the feeling that our crush may not last for Bloodline. In our messy world, family is the ultimate shelter. And the characters of Bloodline look so much like the parts of us that we don’t like and keep fighting, meaning no one in the show is JR bad or Sue Ellen naive but just regular weak and mediocre or fucked up, that some of us might just prefer to watch FNL all over again.

Next week in ILTVSW … Oops, not decided yet, sorry.

%d blogueurs aiment cette page :