Ta #série, toi et nous : Game of Thrones

27 Mar

Parce que c’est l’un des derniers endroits qui nous rassemble. Parce que nous avons plus que jamais besoin d’être ensemble. Et parce que… nous allons passer beaucoup de temps sur le canapé, voici « Ta série, toi et nous ».

Je reçois ici un (e) invité (e) dont j’aime l’écriture, la voix et/ou le regard à partager sa relation avec l’héroïne ou le héros de sa vie. Merci infiniment à Nicolas Houguet d’avoir accepté mon invitation

Nicolas Houguet, auteur
– Dernier roman paru « L’Albatros » aux éditions Stock –

Qui est le seul personnage qui peut quelque chose pour toi ?
J’ai une tendresse particulière pour Tyrion Lannister. Pour Game of Thrones en général, malgré les derniers épisodes un brin sabordés. J’aime les débauchés, les désabusés, les romantiques, ceux dont on se dit que jamais ils ne réussiront. J’aime les vies presque ratées, et qui le savent, et ne se cherchent pas trop d’excuses pour cela. J’aurais pu dire la même chose de Hank Moody dans Californication. J’aime les désespérés pour lesquels on espère.

D’accord il a changé ta vie mais comment ?
C’est simple en fait. Je suis en fauteuil roulant. Depuis toujours, c’est une caractérisation. Les gens parleront du mec handicapé comme si ça disait tout de sa personnalité. En fiction aussi. Et Tyrion est tout autre chose qu’un nain ou un lutin dont on se méfie, il est ironique, débauché, intelligent, rusé, alcoolique… Tout sauf ce cliché auquel on aurait pu le réduire.

 

12B7F168-7E97-4A57-BC94-32F8283F640A

Et il pourrait quoi pour la nôtre ?
Regarder vraiment les gens, tout ce qu’ils ne sont pas de prime abord. L’écriture sérielle permet ça, d’approfondir notre relation avec eux d’une manière presque intime. Et dans Le Trône de Fer, personne n’est ce qu’il semble, dans la vraie vie également (et sur instagram). Ça c’est intéressant. Et oui cette attention à l’autre sans le ranger trop vite dans une case, je crois que ça peut faire beaucoup.

Ta #série, toi et nous : Succession

26 Mar

Parce que c’est l’un des derniers endroits qui nous rassemble. Parce que nous avons plus que jamais besoin d’être ensemble. Et parce que… nous allons passer beaucoup de temps sur le canapé, voici « Ta série, toi et nous ».

Je reçois ici un (e) invité (e) dont j’aime l’écriture, la voix et/ou le regard à partager sa relation avec l’héroïne ou le héros de sa vie. Merci infiniment à Pascal Grégoire d’avoir accepté mon invitation

Pascal Grégoire, auteur
– Dernier roman paru « Monsieur le maire » éditions du Cherche Midi –

Qui est le seul personnage qui peut quelque chose pour toi ?
Logan Roy, le patriarche de la série Succession, est un personnage tellement horrible, tellement à l’opposé de moi, qu’il m’a finalement rendu service, me redonnant encore plus confiance dans ma manière de gérer ma vie et ma famille. Quel homme misérable de richesses, incapable de privilégier ses enfants par rapport à son empire. Il refuse de passer la main, capable de tout pour garder le pouvoir, prêt à sacrifier un des ses fils pour échapper à une enquête, j’ai adoré le détester. Il m’a renforcé dans mes convictions. La vie avant l’argent. Le sens des autres, savoir donner. Mes deux sujets de romans. Ils mettent en scène des personnages qui sont des anti-Logan Roy. L’un veut tuer le diable : Goldman Sachs et l’autre se sacrifie pour les gens de son village.

D’accord il a changé ta vie mais comment ?
Il n’a pas changé ma vie comme parfois un personnage peut le faire mais il l’a rendu plus belle. Quand j’aurai des doutes sur comment gérer un conflit familial, je prendrai son contre-exemple ! J’ai décidé que ma succession ne serait pas une place à prendre, mais je laisserai à mes enfants une façon de voir le monde, de savoir partager un plat, de lire des livres, de ne pas accorder trop d’importance à l’argent, de toujours penser aux autres avant de penser à soi. Bien sûr, je ne suis pas aussi irréprochable que j’aimerais l’être mais Logan est tellement affreux que je me pardonne beaucoup de choses !

 

Succession 

Et il pourrait quoi pour la nôtre ?
Logan est un personnage de salut public. Il nous aide à mieux comprendre la férocité d’un monde libéral qui place l’argent au dessus de tout. Plus Logan deviendra un anti héros plus les idées d’une transition vers un monde meilleur progresseront !

Ta #série, toi et nous : The Knick

25 Mar

Parce que c’est l’un des derniers endroits qui nous rassemble. Parce que nous avons plus que jamais besoin d’être ensemble. Et parce que… nous allons passer beaucoup de temps sur le canapé, voici « Ta série, toi et nous ».

Je reçois ici un (e) invité (e) dont j’aime l’écriture, la voix et/ou le regard à partager sa relation avec l’héroïne ou le héros de sa vie. Merci infiniment à Laurence Peyrin d’avoir accepté mon invitation

Laurence Peyrin, auteure
– Dernier roman paru « Ma Chérie » éditions Calmann-Lévy –

Qui est le seul personnage qui peut quelque chose pour toi ?
Ils sont deux, désolée, et curieusement tous les deux sont médecins. Il y a eu Mark Greene dans Urgences qui m’a appris à dire adieu et à assumer de pleurer éperdument devant ma télé. C’était la première fois que je perdais physiquement quelqu’un de virtuel. Je me souviendrai toujours de ce moment où Carter lit le post-scriptum qui annonce la mort de Mark Greene, et j’en ai été tellement bouleversée que plus jamais je ne regarderai Urgences même pas les premiers épisodes en replay parce que je serai hantée par cette lettre. Sinon l’amour de ma vie de binge-watcheuse : le Dr John Thackery dans The Knick de Steven Soderbergh, méconnu mais essentiel.

D’accord il a changé ta vie mais comment ?
Le Dr Thackery, interprété par Clive Owen, a donné son prénom (et sa moustache) au John de mon roman « L’Aile des vierges ». Je l’ai trouvé complexe, terriblement masculin et absolument désirable. L’obsession de Maggie pour les mains de John vient de cette série. On voit en gros plan les mains du Dr Thackery, et elles sont magnifiques. Je crois que sans lui, sans son élégance, sans ses mains, sans sa façon de marcher, « L’Aile des Vierges » n’aurait pas existé.

 

6C9503F7-1E4A-40FF-A0D9-DAE201D884C6

© Cinemax

 

Et elle pourrait quoi pour la nôtre ?
Ce que font tous les chercheurs du monde : progresser, sauver. The Knick se déroule dans un hôpital de New York au début du XXe siècle, et finalement, ça raconte ce qu’on est en train de vivre : le sacrifice, l’obstination des soignants.

Ta #série, toi et nous : Six Feet Under

24 Mar

Parce que c’est l’un des derniers endroits qui nous rassemble. Parce que nous avons plus que jamais besoin d’être ensemble. Et parce que… nous allons passer beaucoup de temps sur le canapé, voici « Ta série, toi et nous ».

À partir d’aujourd’hui, je recevrai ici un (e) invité (e) dont j’aime l’écriture, la voix et/ou le regard à partager sa relation avec l’héroïne ou le héros de sa vie. Merci infiniment à Hyam Zaytoun d’avoir accepté d’être ma première invitée. 

Hyam Zaytoun, comédienne et auteure
– Dernier roman paru « Vigile » éditions Le Tripode –

Qui est le seul personnage qui peut quelque chose pour toi ?
Claire Fisher, dans Six Feet Under. Ce n’est sûrement pas la seule, mais je pense souvent à elle… Son côté écorché, son audace, et sa quête permanente, je trouve que c’est un des personnage d’ados les plus réussis qui soit. Elle paraît ultra mature parfois, et d’autre fois juste bête. Son apparent manque d’empathie, cette espèce de froideur…. au bout de 68 épisode je l’aimais comme une sœur. A travers elle, je reprenais une bouffée d’adolescence, celle que j’ai à peine osée faire, j’étais très sage, tout a explosé bien après…

D’accord elle a changé ta vie mais comment ?
J’étais enceinte de ma fille et je regardais cette série de façon addictive. C’était étrange d’être à ce point portée sur la mort, alors que je portais la vie, c’était bizarre et nécessaire, un genre d’épreuve de réalité par la fiction. Au dernier épisode, je pleurais toutes les larmes de mon corps, comme si j’avais fait partie de cette famille. Et j’écoute toujours en boucle la chanson de Sia,  Breath me

© HBO

 

Et elle pourrait quoi pour la nôtre ?
Déjà voir cette série. Une des rares pour moi, qui fait sens jusqu’au bout. Il y a du brio dans cette construction, qui est répétitive sans jamais l’être, avec des variations superbes. C’est comme si on approfondissait continuellement les thèmes, les personnages. Je crois que celui de Claire nous rappelle qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, que c’est ça être libre et vivant. Et puis elle nous parle de la place de l’artiste, instable, dérangeante, nécessaire. Affirmer sa propre vision, c’est parfois au détriment des autres, mais aussi pour les autres, c’est un drôle de mélange de générosité et d’égoïsme…

Ces héros qui ratent leur vie pour que tu réussisses la tienne

7 Mar

 

IMG_9746

 

 

Mon amour sans limites pour les séries devait bien finir par donner naissance à un bébé. Il s’agit d’un « presque » guide de développement personnel. Un objet littéraire non identifié.

Ces héros qui ratent leur vie pour que tu réussisses la tienne

Le 11 mars en librairie

My endless love for tv series had to become a book. It has.

Those heroes who screw up their life so that you can make it

March 11 in your on line bookstore

Résumé

Un chef psychopathe au bureau ? Un conseiller bancaire accro aux lettres de relance ? Une belle-mère qui envisage de se mettre à l’ecstasy ? Un pote serial lover dépressif ? Pour survivre à ça, il n’existe aucun mode d’emploi.

Heureusement pour nous, c’est le boulot des personnages de séries. Ils vivent nos cauchemars puissance mille. Et c’est pour ça qu’on les aime.

De Game of Thrones à Sex and The City en passant par Grey’s Anatomy, Marianne Levy, critique depuis quinze ans (c’est- à-dire scandaleusement rémunérée pour se vautrer sur un canapé et regarder la télé), s’adresse à ces héros qui nous veulent du bien.

Elle signe le premier livre de série-thérapie !

About the book

Dealing with a neurotic boss ? A bank advisor addicted angry emails ? A mother-in-law seriously considering ecstasy ? A depressed serial lover buddy ? Bad news ! There is no instruction manual to survive that. 

Good news ! This is the job of the characters in our fav’ TV series. They live our nightmares of thousand times more intensely. And that’s why we love them. 

From Game of Thrones to Sex and The City and Grey’s Anatomy, Marianne Levy (scandalously paid to live has a coach potato in front of her TV) writes letters to these heroes who only wish us the best.

The first series-therapy book !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :