Archive |

Ta #série, toi et nous : The Office

3 Avr

Parce que c’est l’un des derniers endroits qui nous rassemble. Parce que nous avons plus que jamais besoin d’être ensemble. Et parce que… nous allons passer beaucoup de temps sur le canapé, voici « Ta série, toi et nous ».

Je reçois ici un (e) invité (e) dont j’aime l’écriture, la voix et/ou le regard à partager sa relation avec l’héroïne ou le héros de sa vie. Merci infiniment à Walter Homs d’avoir accepté mon invitation

Walter Homs, artiste culinaire et musicien

Qui est le seul personnage qui peut quelque chose pour toi ?
Michael Scott de « The Office ». C’est le champion de la lourdeur avec un cœur gros comme ça. Il te surprend toujours avec ce moment magique et rare où il trouve les mots justes, où la carapace du lourdaud maladroit se fend et laisse place à un vrai pote, un émotif qui se cache et qui a juste envie de faire rire, qui se couperait un bras pour te le donner et qui lutte de tout son être pour ne jamais dire des choses et qui en fait des caisses pour arracher un sourire. Dedans il y a un peu de mon père, un peu de mes potes, un peu de moi, du mec que j’espère que je suis et de celui que j’ai peur d’avoir été.

D’accord il a changé ta vie mais comment ?
Quand j’ai démarré dans la vie professionnelle, j’étais un peu pareil. J’avais aussi envie qu’on m’aime et qu’on me respecte alors je bossais comme un fou, je disais toujours oui et j’essayais toujours de rendre service. En regardant la série, je me suis très souvent senti dans ses pompes. Des flashbacks sur des moments où j’en ai trop fait ou peut-être pas assez. C’est une expérience un peu douloureuse, mais elle rappelle aussi les moments où tu as réussi, où tu as trouvé les bons mots ou en tous cas ceux qui étaient entendus dans le boulot comme en amitié et en amour. Je pense qu’il y a un truc très fort et juste chez Michael, c’est qu’il continue de se donner et de donner aux autres sans attente de réciprocité.

 

04EC9690-CD60-4DE8-95D8-A05F16C7BD14

Et il pourrait quoi pour la nôtre ?
Vouloir plaire est une quête très humaine. Michael Scott rappelle que c’est pas facile, pas toujours beau mais que quand tu réussi, c’est plutôt magique ! Il est une vitrine sur la beauté des hommes qui ne sont pas lisses, celle des imparfaits, des vrais gentils maladroits qui ont de plus en plus de mal à exister.

%d blogueurs aiment cette page :